Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Esteban Straton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esteban Straton
Commentator
Commentator
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2011

MessageSujet: Esteban Straton    Lun 4 Avr - 12:14


Nom : Straton
Prénom : Esteban
Surnom : /
Age :: 28 ans (âge vampire: 66 ans)
Race : Vampire
Statut : Auteur et professeur d'anthropologie sur les vampires.
Sexualité : Seme


Physique :
Esteban est toujours propre sur lui, il affiche un air sérieux sur le visage mais avec une perpétuelle lueur sereine qui miroite au fond de ses yeux. Il est très rare de le voir avec un visage aux traits tirés, au contraire, monsieur à tendance à rester zen quelque soit la situation. Ce qui lui donne une allure apaisante, légèrement foutiste.
Il a une silhouette virile et les épaules carrées, vous ne verrez jamais chez lui un quelconque signe de féminité que se soit dans sa gestuelle, sa façon de vivre ou ses vêtements. Mesurant 1m93, d’un poids convenable mais pas spécialement baraqué, il n’est pas vraiment du genre à entretenir son physique et n’en prend de toute manière pas le temps.
Ses cheveux châtains sont coupés de manière assez déstructuré tout en restant masculin, laissant de petites mèches rebiquées ou ondulées à certains endroits. Il ne prend pas spécialement soin d’eux, se contenant bien souvent de les remettre en place en passant sa main dans sa tignasse. Il est toujours bien rasé, vous le verrez jamais avec une barbe de trois jours, il en a horreur et trouve que ça ne lui va pas bien.
Le visage fin, une bouche fine où pend occasionnellement une cigarette, un nez droit ni trop gros ni pas assez, tout ça surhaussé de son regard tant sérieux que calme aux prunelles vertes qu’il a hérité de sa mère.
Esteban est très simple au niveau de ses vêtements. . Au travail vous le verrez généralement habillé d’une chemise blanche sur un pantalon de ville et d’une veste. Il est très rare de le voir avec une cravate sauf lors de grandes occasions. En ville, il est du style, jean, veste, chemise ouverte sur t-shirt. Rien d’extravagant ou tape à l’œil, dans la rue, il passerait pour monsieur tout le monde.

Caractère :
Esteban est un homme qui a tiré beaucoup de leçons de son passé. L’enfant, l’ados ou le jeune adulte qu’il a pu être n’existent plus. Et une chose est sûr, il ne refera jamais deux fois les mêmes erreurs. L’autodestruction, l’égoïsme et la lâcheté font partis du passé. Après sa vampirisation, il a décidé d’aller de l’avant et de ne plus gâcher sa vie ou se miner.

Esteban est un homme qui aborde les choses avec sérénité, du moins c’est ce qu’il essaye de faire. Il est plutôt patient, mais comme tout le monde celle-ci à ses limites. Quand il sent qu’il vient à bout, il ne s’énervera pas spécialement, mais dira calmement sur un ton froid le fond de ses pensées. Très franc et sincère avec les gens, il ne sera jamais hypocrite. Assez terre à terre, Esteban a ses propres opinions sans que ça ne l’empêche pour autant de se remettre en question après un quelconque débat. Il sait reconnaitre ses tords et bien souvent s’en excuse auprès des gens. Esteban a aussi beaucoup d’humour et aime se détendre de différentes manières. Il peut aussi bien boire une bière devant un match de foot, ou aller dans un bar, ou encore se faire un cinéma… Plutôt social, il aime sortir avec ses amies, mais les soirées qu’il a pu faire dans sa jeunesse sont finies. Plus de boite de nuit, ou encore de beuverie, il a passé l’âge pour ça.
Il sait être pédagogue, particulièrement dans son travail de professeur à la fac. Il aime son travail et adore partager sa passion avec ses élèves. C’est un enseignant plutôt proche d’eux sans pourtant être ami. Ses cours sont assez interactifs et peu conventionnels. Depuis sa vampirisation qui lui a sauvé la vie, Esteban a un grand respect pour cette race et particulièrement pour ce vampire qui l’a fait un des leurs. Il est donc devenu très currieux à ce sujet et fait de nombreuses recherches découvrant un peu chaque jour des nouveautés. Tout comme les êtres humains, les vampires sont une race captivante et qui ont une longue histoire.
On peut donc en conclure qu’Esteban assume complètement sa vampirisation et c’est fait facilement à cette nouvelle vie qui a été pour lui une deuxième chance. Il a saisi cette occasion et a essayé de rattraper ses erreurs du passé et de croquer la vie à pleine dent. Tout ceci l’a rendu plus mature au fur et à mesure que les années sont passées, chose qu’il n’arrivait pas à faire en tant qu’humain. Au final affronter sa propre mort lui a fait si peur qu’il a décidé maintenant d’affronter sa propre vie.

Même si au premier abord Esteban est une personne plutôt sympathique, cela ne veut pas dire qu’il s’entend avec tout le monde. Dans ce genre de situation, il n’ira pas chercher des noises à cette personne et préfèrera l’ignorer. Cependant, si celle-ci vient lui parler, il n’évitera pas la discussion et restera un minimum courtois.
Quand une personne lui fait la pire des crasses. Esteban va assez mal le prendre, il lui faudra un certain temps pour digérer ça avant qu’il revienne vers son homologue. Il n’est pas rancunier, ni naïf, mais il n’est pas du genre à couper les ponds avec les gens. Quand il reviendra vous pouvez être sûr que le relationnel avec la personne concernée sera complètement différente d’avant.

Niveau sentimental, depuis sa vampirisation, Esteban a vécu quelques relations qui n’ont malheureusement pas durées. Il n’a jamais remis ses échecs sur les épaules de ses ex ou sur les siennes, pour lui c’est juste un signe du destin. Il faut noter une chose, Esteban ne conçoit pas le faite qu’il puisse construire une quelconque relation avec un humain. Etant un vampire et buvant le sang de ces très cher congénères humains, même s’il a beaucoup de respect pour cette race et les considère comme égale à lui, le fait que le sang qui coule dans leur veine soit de la nourriture pour lui fait qu’il ne se mettra jamais en couple avec un humain.

Au final, Esteban est un vampire simple, qui vit une vie simple… Pas compliqué le mec, même s’il a son petit caractère.

Goût du sang : /

Autres :/


Dernière édition par Esteban Straton le Lun 4 Avr - 16:07, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Straton
Commentator
Commentator
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2011

MessageSujet: Re: Esteban Straton    Lun 4 Avr - 12:27


Son passé :
Des pleures… Voilà ce que l’on pouvait entendre tout au fond d’un couloir d’une petite demeure situé dans les quartiers ouvrier d’une petite ville du Texas. De simples sanglots qui résonnaient depuis maintenant plusieurs mois. Par moment ils pouvaient être forts, par d’autre étouffés ou encore enragés mais cela reste le même refrain humide. Ces pleures étaient ceux de madame Straton. Une jeune femme frêle, aux cheveux blonds et longs tout comme le sont ses doigts de pianiste qui recouvraient ses magnifiques yeux verts. Des yeux qui désormais ne cessaient d’être rougis par ses larmes.

On pouvait se demander pourquoi une si belle femme pleurait autant… Figurez-vous que cette dernière vivait un grand changement. Elle n’était pas la première à vivre ce genre de bouleversement, mais rare était les femmes qui agissaient de cette manière. La plupart du temps, elles accueillaient cette nouvelle avec grand enthousiasme. Pourtant ce n’était pas le cas pour madame Straton.
Son Mari, lui restait assis dans le salon à regarder un match de foot tout en se sirotant une bière. Il avait fini par ne plus faire attention à toute cette tristesse. Il avait démissionné à force de se faire rejeter par sa femme et peu à peu leur couple qui était pourtant si solide se brisait un peu plus chaque jour. Un fossé se creusait entre eux et ni l’un ni l’autre n’arrivait à y remédier.

Quel était la cause de ce tourment ?... C’est juste une petite chose… Un petit être qui avait été mis au monde par madame Straton. Un petit garçon nommé Esteban et qui avait seulement 6 mois. Rien d’exceptionnel en soit surtout dans un couple marié. Pourtant l’avenu de ce petit garçon avait complètement perturbé le quotidien de ce couple.
Tout ceci avait commencé quand madame Straton qui tenait ce petit bout de vie dans ses bras ne ressentit absolument plus rien pour son propre fils. Ca lui était tombée comme ça du jour au lendemain. Elle avait beau regarder le petit garçon dans les yeux, elle n’arrivait plus à aimer Esteban. A cette même époque, elle ne cessait d’être constamment fatiguée et quand son fils pleurait elle s’énervait. Elle se mit à passer un maximum de temps loin de lui et quand elle devait rentrer chez elle après une petite soirée avec ses amies elle n’en avait plus envie en sachant ce qui l’attendait une fois là bas. Elle finit assez vite par regretter d’avoir eu un bébé, mais il était trop tard. Ainsi, il ne lui restait plus que ses yeux pour pleurer, n’aimant plus son fils mais se contentant de le supporter.
Le père Esteban n’était pas le meilleur des pères, souvent à l’ouest et un peu trop relaxe. Le genre d’homme qui pensait que la femme devait rester derrière le fourneau et que l’homme se faisait servir. Il n’était pas méchant, mais il avait des pensées assez sexiste et très terre à terre. En suivant ses pensées, il était logique pour lui qu’il n’avait pas à s’occuper de son fils. Il le ferait le jour ou son fils aurait grandi et saurait marcher et parler. Pour l’instant sa femme devait assumer ses responsabilités.

Entre un père traditionnel et une mère qui rejette son enfant, Esteban n’était pas aidé. Il grandit alors dans une atmosphère lourde et peut propice au bon développement d’un enfant. Encore moins propice quand sa mère finit par ne plus supporter sa situation familiale et quitta le domicile telle une voleuse laissant derrière elle son mari et son fils. Elle disparu dans la nature sans donner la moindre nouvelle, partit sûrement se construire une nouvelle vie.
Monsieur Straton devant le fait, dû s’occuper un peu plus de son fils. Il ne fut pas le plus doué des pères, mais se débrouilla de son mieux, obligeant son fils à être un minimum indépendant et débrouillard vu qu’il ne supportait pas d’assumer certaines tâches quotidiennes. A l’âge de 7 ans, Esteban vivait tout seul avec son père. Il avait assez souvent pleuré sa mère qui était partie sans aucune expliquassions. L’enfant ne comprenait pas ce rejet. Son père finissait souvent par lui foutre une raclé pour que ce dernier se calme et sèche ses larmes. Son fils devait se comporter comme un homme et rester fort.

10 ans après… toujours au Texas, une petite maison mal entretenu trônait au milieu de l’herbe sèche et à moitié brulé par le soleil. Quelques vieilles roues étaient entassées dans un coin, deux trois débris au pied d’une veille poubelle, une boite aux lettres au bout de l’allée affichait le nom des Stratons. Et oui Esteban vivait avec son père ici. Ca ne payait pas bonne mine, mais vu le peu de revenu qu’avait son géniteur, ils ne pouvaient pas avoir mieux.
Assit sur la terrasse de l’entrée, habillé d’un vieux Jean et d’un marcel, Esteban faisait rebondir sur les marches une balle rebondissante. L’objet allait et venait à sa main. Par moment on avait l’impression d’entendre des craquements de bois comme si la terrasse allait s’affaisser. Le jeune au regard vert et vide fixait la balle avec laquelle il jouait tandis que l’énorme chien qui était attaché, ne cessait d’aboyer méchamment contre les passants. Grimsel appartenait à son père et seul lui pouvait l’approcher. L’animal était bien trop sauvage et hargneuse pour se laisser caresser par quelqu’un. Même Esteban avait faillit à plusieurs reprises se faire niaquer méchamment.
Voilà le petit univers ou vivait depuis maintenant 6 ans Esteban. L’intérieur de la maison n’était gère mieux. Les meubles étaient tout poussiéreux, la vaisselle sale entassé dans l’évier, sûrement qu’on pouvait retrouver les restes de Noël dernier. Le linge n’en parlons pas et l’état de la salle bain était si atroce que les bactéries s’en donnaient à cœur joie.
On voyait bien que le père d’Esteban n’était pas une fée du logis. Son fils ne faisait pas plus d’effort que ça non plus pour l’aider. Mais bon… Il faut dire que le jeune homme passait plus de temps à l’extérieur de la maison que chez lui et ceux pour de nombreuses raisons. De une c’était bien trop dégelasse à son goût. Il avait l’impression de vivre dans une porcherie et chaque jour était une pochette surprise et pas spécialement de bonnes surprises. De deux, il passait pas mal de temps en cours quoi qu’il allait plus faire l’école buissonnière avec deux trois amis. Notre jeune homme n’ennuyait affreusement à l’école, à vrai dire en général il se lassait facilement de tout. Rester assit à une table à écouter un professeur déblatérer toutes ses connaissances était une vraie plait. Il préférait largement trainer dehors avec ses amis et faire les 400 coups. En parlant de 400 coups il faisait de sacrets conneries qui parfois étaient punis par la loi. Heureusement pour lui et ses amis, ils ne s’étaient pas encore faits chopés. De trois, son père avait souvent la fâcheuse tendance à le foutre à la porte pour X ou Y raisons. Quand Esteban le gênait, il se faisait viré. Quand l’homme voulait se faire une sauterie d’un soir, Esteban se retrouvait dehors. Quand il avait trop bu, Esteban se retrouvait dehors. Bon généralement son père lui donnait un peu d’argent pour que son fils puisse se nourrir avant de lui fermer la porte au nez.
C’était devenu une habitude pour le jeune homme de trainer dans la rue qu’importe l’heure, qu’importe l’endroit ou le temps. Maintenant ça faisait au moins deux ans qu’il vivait ainsi. Depuis que son père avait craqué face à tant de responsabilités. Depuis que ce dernier avait enfin réalisé que le départ de sa femme lui avait au fond fait du mal. L’alcool était devenu un moyen pour oublier les traquas du quotidien et les déceptions du passé. Heureusement qu’il ne l’avait pas en mal. Même si l’homme avait désormais ce vice, même s’il ne s’occupait pas vraiment de son fils le laissant bien souvent seul face au monde, il l’aimait à sa façon. Du moins il l’aimait, mais restait cet homme éternellement maladroit et démissionnaire.

Avec tout ce temps dehors, Esteban avait pu faire de nombreuses fois le tour de la ville en bus. Un tour, deux tours… Parfois il lui était arrivé de s’endormir dedans. Il le prenait pour occuper son temps, pour se protéger de la pluie. Il ne payait jamais et les contrôleurs avaient fini par ne plus faire attention à lui. Le jour, la nuit il connaissait tous les recoins de cette ville qui n’était pas si exceptionnel en soit. Bien souvent ça sentait mauvais dans les ruelles. Le seul et unique terrain de basket du coin était dans piteux état où trainait des canettes vides ou deux trois seringues qu’un toxico laissait trainer. Les commerces, il n’y en avait pas beaucoup et le peu de nouveaux qui s’ouvraient, fermaient peu de temps après. Il n’y avait qu’un fast-food, dont la bouffe vous donnait du cholestérol à la moindre bouchée et dont l’enseigne avait perdu une lettre. Le vieux parking du supermarket servait le soir de coin de rassemblement pour les jeunes avec leurs voitures et leurs motos. Il y avait souvent des courses que regardait Esteban avec une certaine admiration. Lui n’avait rien de tout ça, il se contentait de venir ici avec Jack un ami qui avait une vieille bagnole.
C’est sur ce parking qu’Esteban rencontra Adam, un jeune de son âge qui ne semblait jamais se soucier de quoi que se soit. Le petit jeune qui croque la vie à pleine dent. Esteban et lui étaient devenus amis et trainaient souvent ensemble surtout pour griller les cours. Parfois Jack venait les rejoindre et tous trois faisaient les pires conneries d’ados qui soient. Mais ils n’étaient jamais réellement méchant, ils s’amusaient seulement. Jack finit par déménager à cause de ses parents quand Esteban avait 18 ans. Il faut avouer que ça lui avait fait un grand vide. Il avait passé tellement de temps avec ce dernier que se dire qu’il n’allait plus le revoir le perturba. Heureusement que Adam était toujours là avec sa bonne humeur.
Le départ de Jack provoqua autre chose chez Esteban, une chose qu’il n’avait encore jamais ressenti avant. De la jalousie… Il jalousait son ami qui avait enfin pu sortir de cette putain de ville Texane. Même si son mode de vie était étrange ici, Esteban n’en était pas pour autant triste, mais s’il aurait pu aller ailleurs, il aurait dit sans réfléchir un GROS OUI ! C’est autour d’une bière, un soir avec Adam sur le vieux terrain de basket qu’il aborda ce sujet avec lui.

-Tu t’es jamais demandé ce que serait ta vie, si tu te cassais d’ici ?

Adam l’avait regardé avec un petit sourire puis s’était mis à rire.

- Nan, je ne sais pas trop. Mais je me demande bien si le rêve américain c’est vrai.
-Hum…

Durant toute la nuit, Adam et Esteban parlèrent de ça. C’était assez rare qu’Adam reste sérieux. En tout cas ça avait dû déclencher un déclic chez lui puisse que le lendemain, un après-midi, ce dernier débarqua en plein milieu du cours d’histoire qu’assistait pour une fois Esteban. Il entra sans aucune gêne et chopa son ami et son sac tout en lançant un sourire au professeur et lui refermer la porte au nez.

-Aller, viens on se casse d’ici.
-Hein ?!
-Tu te demandais ce qu’allais devenir ta vie en partant d’ici ? Et bin j’y ai bien réfléchit et elle sera sûrement mieux autre part qu’en restant dans cette ville de bouseux !

Esteban se mit à sourire comme s’il avait toujours attendu qu’on lui dise ça. Ils passèrent vite fait chez lui, prit un sac de fringues et sortit en laissant une lettre à son père ivre mort dans son canapé. Ils prirent un bus et tout deux partir à l’aventure.
Ils s’arrêtèrent dans une ville dans l’Oklahoma. Là-bas, ils bossèrent un peu et firent pas mal la fête. Ils tissèrent des liens avec de nombreuses personnes et Esteban se rapprocha énormément d’un serveur nommé Moïse. Pour être tout à fait sincère, leur amitié était beaucoup plus poussée, ce qui faisait énormément rire Adam qui était plutôt un croque madame qu’un croque monsieur. Enfin les penchants sexuels d’Esteban ne le gênait pas du tout, justement comme ça il n’avait pas de concurrence. Bon l’aventure ce n’était pas tout, mais les deux jeunots qui aimaient s’amuser n’arrivaient pas joindre les deux bouts. Après quelques mois sans payer leur loyer, ils se firent virer de leur logement et décidèrent de reprendre la route.
Après l’Oklahoma, direction le Colorado. Alors le Colorado c’était quelque chose ! Ca n’avait jamais été aussi sportif pour eux. Les deux jeunes gens avaient trouvé un boulot dans une station de vacances. Ils rencontraient du beau monde et vivaient dans un confort assez simple mais de luxe par rapport à leur dernier appartement miteux. Malheureusement, ils n’arrivaient pas à rester sérieux, les deux avaient beaucoup trop la bougeotte. Peu sage, volage, ne se souciant de rien malheureusement, ils perdirent leur emploie au bout d’un an. Ils avaient 20 ans et se retrouvaient à nouveau sans rien, pourtant ça ne leur faisait rien.

-Pfff… Bon bin y a plus qu’à bouger…

Et comme toujours, la meilleure solution à leurs yeux était d’aller voir ailleurs. Ainsi durant encore un an et demi ils ne cessèrent de changer de ville et de passer de petits boulots en petit boulots. D’aventures en aventures, ils accumulaient toutes sortes de conneries. Nebraska, Wyoming, Utah, Nevada et enfin la Californie fut la ville où ils se posèrent réellement.
Là-bas Adam rencontra une jeune femme qui le fit littéralement fondre. En un peu plus 21 ans, Adam n’était jamais autant tombé sous le charme d’une jeune femme. Esteban était heureux pour son ami qui s’installa avec la jeune femme laissant son pote un peu à l’écart. Il ne pouvait pas lui en vouloir et tout ça fit bien réfléchir Esteban. Depuis le début, ils cherchaient tous les deux le bonheur… Et Adam l’avait trouvé avant lui, voilà tout.
Bon Esteban ne restait pas pour autant seul, il vécu plusieurs aventures. Dont une un peu plus longue que les autres. Le jour de ses 23 ans, qu’il fêta dans un bar avec des amis et collègues de travail, il rencontra un homme d’un an son ainé, il s’appelait Maxime. Un homme assez banal en soit, travaillant comme employé dans un bureau d’assurance. Après cette rencontre, les deux hommes se rapprochèrent et finirent par devenir un couple et de fil en aiguille s’installer ensemble. Quoi de plus normale dans une relation amoureuse. Mais dans tout ce bonheur une chose parasitait tout ça. Maxime avait depuis longtemps une addiction à la drogue et au lieu de l’aider à s’en sortir, Esteban avait rejoint l’homme qu’il aimait dans son trip. Oh que oui tout n’était que trip depuis ce temps. Agé de 25 ans ça faisait un peu plus d’un an qu’Esteban se droguait et il avait bien du mal à se souvenir la dernière fois où il avait été lui-même. Avec cette connerie il avait perdu son ami Adam, aussi son travail et sa dignité si l’on peu dire ça. Mais du moment qu’il était avec Maxime rien ne le souciait, l’amour l’avait vraiment rendu complètement con. N’arrivant plus à garder un emploi, il se mit un peu à dealer pour finir les fins de mois.
Mais comme on dit quand le bonheur atteint son comble, le malheur arrive toujours. Esteban n’échappa pas à ça. Tout d’abord, Maxime le quitta sans de réelles raisons, sûrement la lassitude. A vrai dire, il était tellement défoncé, qu’Esteban n’arrivait pas à piger ce que lui avait dit Maxime avant de la laisser en plan. Se fut une grande claque dans la gueule pour Esteban qui plongea un peu plus dans la drogue. Son corps, son caractère, sa santé en prirent un sacret coup, il ressemblait plus à un mort vivant qu’à un humain à force de se piquer laissant ses veines devenir aussi dur que de la pierre. Il se transforma tellement, qu’il devînt malade au point de se retrouver dans un centre de désintoxication. C’est là-bas avec de multiples analyses qu’il apprit qu’il était atteint d’une hépatite C, sûrement une seringue usagée d’une autre personne qui lui avait donné cette merde ! Avec toutes les substances qu’il avait pris son corps s’était énormément affaibli et les médecins lui annoncèrent qu’il ne lui restait plus que 5 mois à tout cassé. Avec le système de santé américain, Esteban n’avait pas les moyens de se payer un traitement convenable.

Il devait avoir 26 ans dans 2 mois et il n’était pas sûr de les atteindre. Son premier grand flippe s’empara de lui. C’est dans ce genre d’instant qu’il analysa sa vie en se disant qu’il n’avait fait que de la merde. C’était dur de l’avouer pour lui, mais il n’avait pas envie de mourir. Si c’était à refaire, il n’aurait jamais touché à la drogue ou encore oublié Adam ou coupé les ponts avec son père même si ce dernier n’avait jamais été sérieux avec lui. C’est en se retrouvant face à l’inévitable qu’il se rendait compte qu’il ne voulait pas que tout s’arrête et en avait mal au ventre au point d’en vomir son petit déjeuner tous les matins.
Le pire dans tout ça, c’est qu’il n’arrivait pas à décrocher de la drogue. C’était devenu vital pour lui. Beaucoup de contradictions apparaissaient en lui… Même s’il voulait continuer à vivre, il continuait à se tuer à petit feu. Une fois lors d’un examen à l’hôpital il craqua et sortit de sa chambre en tenue de patient. Il longea les couloirs alors qu’une infirmière l’appelait, mais il n’y fit pas attention. Une fois dans le hall d’entrée, il regarda son reflet dans les portes vitrées, les trais de son visage étaient creusés, il n’était vraiment pas beau à voir. Il soupira et passa les grandes portes se contentant d’aller s’assoit sur le banc dans la rue et de s’allumer une clope. Les passants le fixaient avec un étrange regard. Cela faisait plus de deux mois qu’il essayait de se soigner et rien à faire, il sentait que son corps le lâchait peu à peu. Pour cacher son flippe, il s’était coupé les cheveux et fumait de plus en plus de l’herbe histoire d’étouffer la douleur.
En pleine réflexion, son médecin était venu le rejoindre sur le banc et le fixait.

-Esteban rentres, tu vas attraper froid.
-Pas grave.

Son médecin se mit à sourire puis lui piqua sa clope pour aller l’écraser. Esteban fronça des sourcils fixant cet homme qui devait avoir le double de son âge. Jamais il ne pourrait connaitre ça.

-Ne sois pas pessimiste.
-Vous sortez toujours ce refrain à vos patients en phase terminal ?
-C’est normal d’avoir peur mais rien ne dit que…
-Que je vais mourir ? Je le sens au fond de moi que c’est le cas. Répondit Esteban en posant une main sur son torse.

Le médecin le fixa un instant et son patient put lire au fond de ses yeux qu’il avait vu juste.

-Je le savais. Arrêtez de me mentir, ça sert à rien, vous me faite plus de mal qu’autre chose.

Esteban finit quand même par écouter son médecin et se leva pour retourner au chaud dans sa chambre d’hôpital le temps de son traitement. Durant deux autres mois, il fit des allées retours entre chez lui et l’hôpital, tout comme sa seringue faisait des allées retours dans ses veines. Il lui arrivait souvent de s’écrouler dans sa salle de bain un torchon autour de son bras. Ses jambes cédaient de plus en plus sous la fatigue physique qui se transformait peu à peu en fatigue psychologique.
Entre son vice et sa maladie, les choses étaient bien plus difficiles pour Esteban. Son médecin finit par arrêter tout traitement pour ce dernier. Les mélanges allaient empirer son état de fatigue. Assit sur une chaise en face du grand bureau de son médecin, Esteban pâlit en apprenant cette nouvelle. Là c’était sûr, il avait vraiment tout foutu en l’air. Pourtant au fond de lui, il voulait s’en sortir, mais rien à faire, il n’arrivait pas à sortir de cette sale routine, c’était encré en lui.

-C’est pas possible… Dit-il d’une voix tremblante.

Son médecin ne dit rien, se contentant de l’observer.

-Je vous conseille d’aller prendre l’air pour…
-Je ne veux pas mourir !

La voix d’Esteban s’était élevée dans le bureau. Il lourd silence suivit le cri de cet homme à moitié mort et découragé. Esteban avait l’impression en cet instant de ressembler à son père… Avait-il démissionné ?...

-Je ne veux pas… Je ne veux pas…

Son médecin se racla la gorge et referma le dossier d’Esteban devant son nez.

-Nous avons fait de notre mieux Esteban. La médecine est assez limitée dans certains domaines vous savez.
-C’est tout ? C’est tout ce que vous pouvez faire pour moi ?!

Esteban se leva d’un seul coup se pencha au-dessus du bureau et attrapa de désespoir le col de la chemise de son médecin.

-Il est hors de question que vous me laissez tomber comme ça ! Je sais que je n’ai rien fait pour améliorer les choses ! Mais je vous promets que je vais faire de mon mieux. J’ai encore trop de choses à faire et à découvrir ici !
-Désolé Esteban, il ne vous reste qu’un mois pour…
-Docteur ! Écoutez-moi ! Il est hors de question que je crève ! Si c’est le cas, ça vous suivra toute votre vie !

Le médecin soupira et retira les mains d’Esteban qui l’avaient attrapé.

-Ca fait plusieurs années que tu te détruis Esteban. Ce n’est que maintenant que tu t’accroches à la vie. Tu ne trouves pas que c’est un peu trop tard.
-Nan… Je crois que ce que je vis doit me servir d’exemple. Je sais que j’ai dû me retrouver devant la mort pour comprendre tout ça, mais… Arf…

Esteban se laissa tomber lourdement sur son siège tout en posant une main sur son visage.

-Je crois que je deviens complètement fou… Mais vous savez je n’arrive pas à me résigner à mourir. Je ferais absolument n’importe quoi si l’on pouvait me donner une deuxième chance.

Il finit par se lever tout en attrapant sa veste et son sac posé sur le dossier de son siège.

-Je ne vais pas plus vous embêter docteur. Merci d’avoir fait de votre mieux.

Esteban tourna lentement les talons, avec cette énorme envie sous le stress de se faire un petit trip avant d’aller dormir.
-Esteban !
-Hum ? Dit l’homme tout en se retournant.

Le médecin lui tendit un petit dossier que ce dernier prit entre ses mains.

-Lisez ça, mais en aucun cas vous ne dites que ça vient de moi. Je ne sais pas si c’est la meilleure idée qu’il soit, mais c’est la seule que je vois possible pour que vous restiez en vie. Je vous souhaite bonne chance.

Le médecin afficha un petit sourire qui tirait quelques rides qu’il avait. Esteban, n’avait pas du tout suivit où il voulait en venir et se contenta de lui adresser un simple signe de tête tout en enfouissant le dossier dans son sac en bandoulière.
Arrivé chez lui, il se laissa tomber sur son canapé et ouvrit le dossier que lui avait donné le médecin. Quitte à faire le tout pour le tout pour sauver sa vie, autant lire ce que lui avait donné le vieux. Pendant toute la soirée, il lut et relut pensivement les papiers qu’il détenait entre ses mains. Papiers qui se retrouvèrent au petit matin étalés sur sa table basse où s’était endormit Esteban. Dessus l’on pouvait lire Mindnights, centre spécialisé, vampirisation…
Vampirisation… Etait-ce la dernière solution pour Esteban ? Dans l’Etat de Californie ceci était interdit mais dans d’autre non, notamment à Mindnights. C’était donc ça la solution que lui conseillait son médecin. Dans son sommeil Esteban ne cessait de tourner cette situation dans tous les sens. Il y avait des effets positifs à tout cela comme avoir une durée de vie plus longue, être guéri de sa maladie, être beaucoup plus résistant et aussi pourquoi ne pas décrocher de la drogue. Mais il y avait aussi des effets négatifs comme ne plus voir le soleil, devoir boire du sang ce n’était pas rien et surtout il pouvait devenir un monstre incontrôlable. Il ne savait pas s’il pouvait assumer tout ça.
Deux, trois, quatre, Cinq jours passèrent et Esteban ne cessait de penser à la vie et à la mort. Et plus il y pensait plus il se disait qu’il voulait vivre. Alors, c’est un bon matin qu’il prit avec ses quelques économies un avion direction Mindnights. Il s’installa dans un motel et suivit toutes les directives qu’il fallait pour se faire vampiriser. Il alla en mairie, puis après dans un centre spatialisé où il passa un tas de tests et d’entretiens. Tout ceci était très sérieux et encadré, aucun détails ne leurs échappaient.

-Monsieur Straton, nous sommes conscient de votre état de santé, mais êtes vous vraiment conscient de la décision que vous prenez ?
-Parfaitement conscient.

L’homme en face d’Esteban trifouilla dans les multiples papiers qui se trouvaient devant lui.

-Si nous acceptons votre demande, vous aurez quelques obligations.
-Je sais.
-Mis à part que vous serez suivi un certain temps, notre centre souhaite que ses patients deviennent des vampires exemplaires.
-Je vous promets que je ne referais pas les mêmes erreurs que j’ai pu faire dans le passé. Dit Esteban tout en coupant la parole à l’homme. Ma maladie m’a fait beaucoup réfléchir et je ne gâcherai pas ma vie une deuxième fois. Faite moi confiance s’il vous plait. Vous ne regretterez pas votre décision.

L’homme en face d’Esteban afficha un sourire et ferma le dossier juste devant lui. Il tendit une main vers son client pour dire.

-Bienvenue parmi nous.

Esteban sera avec enthousiasme la main de l’homme, lui lançant un grand merci.
Par la suite tout s’enchaina assez vite. Esteban fut vampirisé comme prévu, il se souvient encore du visage de ce vampire, un grand homme élégant et charismatique. Il se souvient de cette douleur qui l’avait parcouru et fait trembler. Il sentait la terre s’effondrer sous ses pieds puis soudain son corps le brûlât. La transformation fut des plus secouantes et douloureuse pour lui. Il se réveilla dans une chambre aux volets et rideaux fermés avec une faim féroce. Il resta un instant immobile dans son lit, avant que la porte de sa chambre s’ouvre et le faire bondir. Il guetta comme un prédateur l’infirmière qui s’approchait de lui, sentant son cœur accélérer au moindre pas de cette dernière. Il fixa la jugulaire de cette femme et sentit son corps bouillir. C’était donc ça que ressentait un vampire lorsqu’il avait faim ?... Esteban se sentit déstabilisé et sera entre ses doigts ses draps.

-Ne vous inquiétez pas monsieur Straton, c’est normal.
-Normale ?

L’infirmière se mit à sourire et lui tendit un bol.

-Buvez ça et vous vous sentirez mieux.

Esteban attrapa le bol et regarda le sang qui se trouvait dedans. Il eut tout d’abord une envie de vomir, mais ses narines se dilatèrent et il se mit légèrement à saliver. Cette odeur l’enveloppait complètement. Il finit par tout boire et se sentit incroyablement bien.
Quand l’infirmière disparut derrière la porte, en son premier jour en tant que Vampire, Esteban se demandait s’il était vraiment encore en vie…

Les années passèrent pour notre cher Esteban qui s’était au fur et à mesure habitué à sa vie de vampire. Se fut une véritable résurrection pour lui. Il n’avait absolument rien avoir avec la personne qu’il était avant. Il était devenu un homme réfléchit, attentif et sérieux sans l’être trop non plus.
Après sa transformation, il avait reprit des cours pour obtenir son bac, puis il entra dans une université en littérature. Après quelques années et des diplômes en poches, il finit par vouloir faire des recherches sur l’anthologie des vampires. Depuis sa transformation, il était devenu très curieux au sujet de la race dont il faisait désormais parie.
Le temps passa et Esteban devînt professeur en anthropologie sur les vampires le soir à la fac. Il publia aussi plusieurs ouvrages à ce sujet. Il vivait donc entre sa vie de professeur et d’auteur. Mais il n’oubliait pas pour autant sa vie privée. Il eut quelques relations sérieuses mais malheureusement pas durable. Mais contrairement à avant Esteban ne se démoralisait plus et profitait de sa vie à fond sans se détruire ou fuir à la moindre contrariété.
Cela faisait 40 ans qu’il vivait maintenant à Mindnights et pour rien au monde il ne voulait quitter cette ville. Après tout c’était ici qu’il était revenu des morts, ici qu’il avait redécouvert ce que c’était de vivre. Il était devenu un nouvel homme robuste à sa façon et psychologiquement sûr de lui. Le gamin bouseux et désorienté faisait désormais parti du passé.


Sa famille :
- Un père mort de vieillesse.
-Une mère dont il n'a jamais eu de nouvelles et surement morte aussi.


Votre pseudo :Vanou
Age :J'ai l'âge pour jouer pas de soucis
Depuis quand joues-tu sur les forums rps ? : Un peu plus de deux ans
Comment trouves-tu le forum (concept et graphisme) ? : Chester tu connais mon avis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathew Klhay
Admin
Admin
avatar

Messages : 606
Date d'inscription : 27/12/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: Esteban Straton    Mar 5 Avr - 0:38

Je te acceptheuuuuuuu <3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blooddiary.jeunforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Esteban Straton    

Revenir en haut Aller en bas
 
Esteban Straton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce qui est à toi, est à moi. Ce qui est à moi est à moi. [PV Esteban]
» Esteban W. Shand
» Un problème ? [Lùllaby]
» Haiti-Cuba-Brezil Vont Travailler Ensemble sur la Sante Publique
» [Esteban] Il fait chaud dans le cagibi de Lily !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: L'administration :: Recensement des citoyens :: Civils-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit