Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le lys pourpre, cauchemar des policiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le lys pourpre, cauchemar des policiers   Ven 28 Jan - 16:52


Nom : Fujii
Prénom : Yukio
Surnom : Lys pourpre, nom en tant que voleur car il laisse toujours un lys de cette couleur là où il vole, comme signature.
Age : 21 ans (même âge en réalité)
Race : Dhampire
Statut : Officiellement chômeur, officieusement voleur.
Sexualité : plus uke que lui, on meurt !


Physique : Yukio est un être aussi bien métissé dans les races que dans les ethnies. C’est un métis né d’une humaine nippone et d’un dhampire américain. Au fils des années, on s’est rendu compte qu’il devenait de plus en plus le portrait craché de sa mère et que ce furent les traits nippons qui dominèrent ce jeune homme. Il est de très petite taille et ne doit pas dépasser les un mètre soixante, également poids plume, il reste dans les environs de cinquante kilos et ne possède donc pas une once de graisse. Son métier officieux a taillé son corps de telle manière qu’il est très souple et rapide et il possède une musculature développée et plutôt féline. On voit qu’il est plus taillé pour la fuite, que pour le combat. Son corps est totalement imberbe, habitude nippone donnée par sa mère.
Le jeune homme possède de longs cheveux qui lui tombent en pente douce au creux des reins, ils sont d’un noir corbeau profond mais à la lumière du soleil, on peut parfois y apercevoir quelques reflets châtains. Ils sont lisses et sans volume, à son grand désespoir et ils sont tellement fins qu’il a beaucoup de mal à les faire tenir en une queue de cheval digne de ce nom, ils sont donc souvent lâchés. Yukio aime les orner de baguettes asiatiques ou d’autres accessoires.
Attardons-nous maintenant sur son visage. Le jeune homme possède déjà un corps androgyne mais son visage est bien son arme fatale. On ne saurait dire s’il appartient à celui d’une femme ou à celui d’un homme et on se retrouve bien souvent incapable de déterminer son sexe. Il a de beaux yeux en amandes qui prennent une couleur noisette et qui expriment toujours malgré lui ses émotions, un petit bien centré et légèrement remonté, une bouche aux lèvres pulpeuses et rosées qui savent charmer d’un simple sourire et un menton à la courbe douce. On peut dire dans l’ensemble qu’il a un visage qui plait, un visage à l’air angélique et peut-être un peu trop innocent. On peut pourtant remarquer des canines un peu trop longues pour être celles d'un simple humain...
Sa peau est d’une blancheur assez impressionnante, on aurait presque l’impression de pouvoir observer par transparence ses veines. Elle lui donne un air particulièrement fragile et on pourrait presque avoir l’impression que ce n’est qu’une poupée de porcelaine vivante que l’on a face à nous. Elle a malheureusement la mauvaise habitude de rougir facilement, lui attirant des problèmes lorsqu’il veut tenter de dissimuler ses émotions. Elle marque aussi très facilement et il se retrouve très facilement couvert de bleus.
Au niveau vestimentaire, il porte souvent des habits qui savent le mettre à son avantage et ne fait pas attention à savoir s’il porte des vêtements masculins ou non. C’est-à-dire qu’il joue facilement de son androgynéité et s’habille parfois de jupes ou de shorts. Il aime aussi porter des kimonos lorsqu’il se retrouve chez lui. Ses tenues de travail, sont, quant à elles, beaucoup plus sobres. Il porte des jeans près du corps, de longs cols roulés noirs ou des tee-shirts aux couleurs sombres, assez moulants. En effet, il ne veut pas risquer à ce que ses vêtements s’accrochent alors qu’il exécute ses acrobaties. Il faut aussi préciser qu’il n’a ni piercing, ni tatouage, qu’il n’a pas de signes particuliers sur le corps mais qu’il a pourtant les oreilles percées et qu’il lui arrive de porter des boucles d’oreilles de femmes.
Caractère : On pourrait le dire insouciant ou bien naïf mais pourtant, il est bien loin de tout cela. Yukio donne cette apparence de lui alors qu’il est en réalité très terre-à-terre et qu’il sait la réalité des choses. Malgré ses grands sourires enjôleurs, séducteurs et un peu simplets, il est en réalité un être grave qui tente de dissimuler sa souffrance derrière ce masque de bonheur simple.
Doux et toujours souriant, on pourrait presque parfois lui trouver un charme maternel et attendrissant. Envers les personnes qui sont polies et respectueuses, il se montrera chaleureux et ouvert, ne faisant attention qu’à leur visage extérieur et n’essayant pas de gratter pour voir s’ils essayent en réalité à lui nuire. On pourra alors parler de véritable naïveté ou d’indifférence totale envers les autres. En revanche, il sera du genre à se montrer froid et réservé envers ceux qui le méprisent, voire carrément agressif.
Yukio n’aime pas s’attacher, il veut rester libre et ne pas s’enchaîner inutilement à un homme. Il sera donc du genre à être parfois un peu contradictoire et sauvage, à la fois distant et accessible. Car au fond de lui, pourtant, il y a une part de son cœur qui aimerait être adoptée et chérie, une part qui refuse la solitude et la mélancolie des longues nuits d’hiver où il se retrouve seul dans ses draps froids.
Le jeune homme aime jouer avec le feu et il le fait autant avec son métier – quoique le choix de celui-ci ne soit pas volontaire – que dans la vie de tous les jours, toujours attiré vers les personnes dangereuses, les lieux à ne pas fréquenter et les choses à ne toujours pas faire. On n’a l’impression qu’il a cette curiosité enfantine qui veut toucher à tout et tout tester, même si ça peut le détruire.
Malicieux et fourbe, il est du genre à jouer facilement avec les autres, à être moqueur et à provoquer, s’attirant souvent des ennuis lorsque ce sont des gens rancuniers ou des personnes peu fréquentables.
Yukio est donc un homme plutôt compliqué, on ne sait jamais si c’est un petit angelot ou un démon, s’il aime la solitude ou la compagnie, s’il est sérieux ou moqueur et s’il aime ou il déteste. Il semblerait que lui-même se trompe souvent, trop habitué à mentir pour se protéger et qu’il ne sache pas lui-même ce qu’il pense réellement quant aux autres. Il est donc très lunatique et peut adorer quelqu’un pour le détester le lendemain ou passer des rires aux larmes en un petit laps de temps.
Goût du sang : Le goût du sang de Yukio est assez spécial et très peu apprécié par les vampires en général. Il est tout d’abord fruité et doux car le jeune homme adore se nourrir de fruits et qu’il ne mangerait que de ça s’il le pouvait mais bien vite, ce goût agréable est remplacé par une impression d’épicé qui se mêle progressivement à sa douceur. On a presque l’impression de boire comme du jus de cactus mélangé à du jus de citron. Lorsqu’on arrête de le boire, cette impression désagréable - pour la plupart des vampires - est vite remplacée par un arrière-goût d’agrume qui reste en note de fond pendant plusieurs heures, refusant de disparaître, comme pour obliger le vampire en question à ne pas oublier qu’il vient de boire le sang de Yukio.
Autres : ///


Son passé : C’est dans les alentours de Tokyo, par une belle nuit d’hiver que naquît Yukio. Né d’une mère humaine japonaise et d’un père dhampire américain, après une nuit de fête où ils n’avaient pas pris leurs précautions. Ce n’était pas un enfant désiré mais dès que sa mère posa son regard sur le frêle enfant qu’elle tenait dans ses bras, elle l’aima comme elle n’avait jamais aimé personne. Comme il était né une nuit de neige, elle décida de l’appeler « Garçon de la neige », elle faisait aussi référence à sa peau d’albâtre qui lui donnait l’impression d’être transparente. La jeune femme ne savait pas que son amant de la nuit était un dhampire, elle n’avait d’ailleurs aucune nouvelle de lui car il avait disparu dès le lendemain de la fête. Elle se sentit alors seule et abandonnée de tous, dans cette société où une jeune femme célibataire et mère était vue comme la pire des racailles. Elle décida donc, de manière totalement désespérée, de s’enfuir au pays de son amant d’une nuit. En Amérique.
Elle se rappelait vaguement qu’il avait parlé de midnights, au nord-est des USA et elle décida que ce serait là qu’elle irait, dans l’espoir peut-être de lui présenter son fils. Elle se doutait qu’elle serait rejetée mais elle voulait au moins tenter car elle savait que c’était important pour elle que son fils grandisse bien. Elle se rendit bien vite compte qu’il avait une santé fragile, qu’il semblait lui manquer quelque chose dans son alimentation et après avoir consulté un médecin japonais, elle apprit avec grand désespoir qu’il avait du sang de vampire en lui. Elle intégra donc du sang dans son alimentation, un peu dégoûtée mais s’y habituant finalement bien vite.
Mais elle était jeune, sans gros diplôme et à peine majeur, c’était une gamine paumée dans un Etat trop grand à ses yeux et elle fut bientôt la cible des proxénètes et elle se laissa facilement embobiner, trop naïve. Elle commença donc à vendre son corps contre de l’argent, tentant de faire de son mieux pour élever son jeune homme, de parfaire son éducation, de l’emmener à l’école. Les proxénètes étaient doués pour faire de faux papiers et elle parut rapidement être en règle, son enfant put donc commencer à aller à l’école. Elle pensait s’en sortir, elle savait qu’avec son métier, elle pourrait leur acheter une maison, qu’elle sortirait de cette situation infernale. Elle prendra un métier comme serveuse, elle se trouverait un mari, elle ferait d’autres enfants et elle aurait une vie normale mais une fois qu’on est la cible de ces vautours, ils vous pompent tout ce que vous pouvez leur offrir, ils vous asservissent et ils la firent bientôt tomber dans la drogue. C’est à ce moment-là qu’elle sut qu’elle ne s’en sortirait jamais. Elle pouvait oublier un peu les malheurs de sa vie pendant quelques heures, entrant dans une transe jouissive et puis tout s’arrêtait. La dure réalité lui retombait sur la tête et elle entrait dans une phase de déprime profonde.
C’est dans cet environnement que Yukio commençait à s’épanouir. Il se réfugiait dans ses études pour ne rien entendre, pour ne rien voir et ne rien sentir à la maison. Il faisait semblant de ne pas comprendre lorsqu’il voyait l’aiguille tomber à terre et tous les trous dans les bras de sa mère. Il ignorait les bouteilles d’alcool et les médicaments dans sa poubelle. Il faisait abstraction des longues nuits où sa mère ne revenait pas, le laissant seul dans l’obscurité de son appartement. A l’école, il ne parlait à personne, ne se faisait pas d’amis mais il n’était pas agressif pour autant. Il donnait l’impression d’un jeune homme doux et un peu trop rêveur qui aimait beaucoup trop les études pour prendre le temps de sortir, de s’amuser ou de parler avec les autres. On l’aimait bien, on ne l’embêtait pas trop et on avait toujours une phrase gentille pour lui mais jamais au grand jamais on n’aurait eu l’idée de devenir ami avec lui. Il ne semblait pas dans le monde réel, comme inaccessible.
Et il grandissait de plus en plus et il décidait que l’exemple de sa mère n’était pas à suivre, qu’il voulait devenir policier plus tard, ou homme de loi. Oui, il serait un gars honnête et il essaierait de sortir sa mère de ce cercle vicieux, il ne pensait même pas à son père. Pour lui, il n’y avait que sa mère et lui dans son monde, les autres importaient peu. Yukio était brillant et ses professeurs lui assuraient un avenir tout aussi brillant. Mais pourtant, un jour, il disparut. Il ne revint plus en cours et plus aucun de ses anciens camarades ne le revirent. On pensa à une fugue, on tenta de le contacter chez lui mais il n’y avait aucune piste. On apprit le décès de sa mère par overdose et ce fut tout.
Bien vite, le quotidien du jeune homme changea. Il n’alla naturellement plus au lycée, il devait avoir dans les alentours de dix-sept ans et il commença à voler. Décidant de se prendre en charge par lui-même, il refusa l’aide de ceux qui la lui proposait, il se souvenait de sa mère naïve et perdue qui s’était laissé avoir. Il trouva d’autres enfants dans la même situation que lui et intégra un moment leur groupe pour finalement préférer la solitude, il apprit beaucoup sur la manière de voler grâce à eux et il se perfectionna petit à petit. Aujourd’hui, il a une vie normale aux yeux de la société et il vit dans un petit studio au cœur de la ville, dissimulant son véritable métier.
Sa famille : Mère décédée. Père inconnu.


Votre pseudo : Cal
Age : 17
Depuis quand joues-tu sur les forums rps ? : 2/3 ans, je pense
Comment trouves-tu le forum (concept et graphisme) ? : Superbe
Revenir en haut Aller en bas
Mathew Klhay
Admin
Admin
avatar

Messages : 606
Date d'inscription : 27/12/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: Le lys pourpre, cauchemar des policiers   Ven 28 Jan - 17:22

Validé ma chérie <3 amuses toi bien avec ta fausse poupée hin hin hin x)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blooddiary.jeunforum.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le lys pourpre, cauchemar des policiers   Ven 28 Jan - 17:25

Merci mon p'tit fake ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lys pourpre, cauchemar des policiers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lys pourpre, cauchemar des policiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Nouvelle promotion de 702 policiers
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]
» Larme pourpre - Assassin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: L'administration :: Recensement des citoyens :: Les disparus-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit