Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kiss my bliss (Le Tchèque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Mer 22 Mai - 14:55

    Seigneur...

    Portant la tasse fumante à ses lèvres, Yelena ne parvint pas à détacher son regard de l'abomination sur son lit. Point de porc suintant, ou de vampire sadique... Mais un assemblage de tissu noir et blanc, de jolie facture. Oh c'est sûr, c'était ravissant... D'une main, elle prit le flanc de la robe, comme elle eût pris un mouchoir sale et termina par la poser par-dessus ses vêtements. Elle aurait dû prendre la taille au dessus, ou du moins, son esprit ne parvenait pas à penser que toute jupe au dessus des chevilles soit assez convenable pour aller s'humilier auprès d'un vampire aussi peu propre. D'ailleurs, quelle étrange lubie de demander une soubrette de la part d'une personne aussi peu propre sur elle. Mais bon... Sans doute un prix bien faible à payer pour la tranquillité.

    Après une douche, elle se parfuma délicatement la nuque, à la jonction des cheveux et de la peau nue. Une odeur ambrée et discrète. Tout son corps fut ensuite doucement poudré, et elle enfila la robe. À vrai dire, c'était pire qu'elle l'avait pensé, en grande partie parce qu'elle se voyait réellement dedans. Cette jupe trop courte, au dessus de mi-cuisse, ce petit tablier blanc, le jupon en dentelle qui dépassait légèrement en bas, le plastron noir, les petites manches qui découvraient ses épaules et le liseré de dentelle blanche, à nouveau. À vrai dire, c'était joli et répugnant à la fois. Ça n'irait sans doute pas en s'arrangeant avec les bas. Et encore moins avec les chaussures. Ces sandales à talons hauts auraient été de véritables petites merveilles si elles n'avaient pas été pour cette occasion. Au moins quinze centimètres en talon aiguille à l'arrière, pour cinq centimètres en plate-forme sous le devant du pied. Une partie recouvrait son talon et une lanière venait assurer la base avant de sa cheville. Le reste de la chaussure recouvrait une partie de ses doigts de pied, libérant malgré tout le bout. La dentelle blanche et le petit nœud satiné étaient d'une finesse et d'une beauté qui l'étonnaient encore maintenant. De belles chaussures pour marcher dans la crasse. Tant pis, si elle devait se ridiculiser, elle le ferait dans des chaussures superbes. Haut les cœurs.


    La nuit était bien avancée, déjà. Sa veste noire recouvrait ses jambes jusqu'aux genoux, cachant la limite gonflée et aérienne de la dentelle noire et du petit nœud noir en velours marquant la fin de la lanière des portes-jarretelles. Charmant, au possible. Écoeurant plus encore. Mais elle était perfectionniste. En revanche, pas de lentilles de couleur aujourd'hui. Yelena portait le regard gris, pâle comme un ciel d'hiver, que la nature lui avait donné, mis en valeur par un trait de liner noir. Bouche d'un rose tirant doucement vers le rouge en son centre. En bref, elle avait tenté de jouer la sobriété concernant le maquillage. La tenue était déjà... Bien assez. Idem pour le collier de chien en velours noir et les petits brillants à ses oreilles.

    Yelena observa l'adresse notée sur un bout de papier. C'était vraiment l'endroit le moins recommandé pour une soubrette... Mais heureusement, les chaussures scandaleusement visibles étaient dans son sac, et elle portait de petits escarpins discrets aux pieds. Elle avait tourné pendant plusieurs minutes avant de trouver cet escalier. Certainement pas l'escalier vers le paradis. Les théoriciens qui avaient situé l'Enfer au fin fond des entrailles chthoniennes du globe n'étaient que des abrutis. S'appuyant contre le mur rugueux, Yelena changea de chaussures. Oui, c'était pire avec celles-là.

    Bien que non croyante, Yelena joignit les mains quelques secondes, déglutissant difficilement. Une petite prière pour le courage. Un peu de motivation pour ne pas s'enfuir en courant. Son estomac était tellement serré qu'elle se frotta le sternum quelques secondes pour calmer la sensation de brûlure. Une main glissée dans sa poche pour replacer le papier avec l'adresse, elle toucha une petite forme cylindrique, à température ambiante, lisse... Les lumières lointaines de la rue semblèrent se flouter quelques millisecondes alors que ses pupilles se dilataient. La rouquine aux cheveux ramenés en un chignon lâche, quelques mèches débordant dans son décolleté, ouvrit son manteau et se mit à monter l'escalier du plus pur style industriel. Les pans du manteau s'écartaient à chaque pas, ses cuisses en jaillissant à chaque marche gravie.

    Arrivée face à la porte, elle se débarrassa de son manteau, ne gardant que le charmant accoutrement dont les dessous étaient sans doute visibles d'en bas de l'escalier, posant son vêtement et son sac au creux de son coude. Ajustant le vêtement sur elle, Yelena se saisit de la petite fiole remplie de sang et l'observa un moment. D'un mouvement sec, elle secoua, entendant la bille cliqueter contre la paroi. Sa langue passa sur ses lèvres pour les humidifier. De sa main libre, elle frappa discrètement contre la porte, puis ouvrit le flacon, et inhala.

    Infect. Superbe. Irrespirable.

    Ses yeux s'écarquillèrent alors qu'elle serrait la main sur la fiole et reculait d'un pas lourd. Tout son corps, elle le sentait si intensément... Parfaitement, clairement. Pourtant le geste de reboucher la fiole fut laborieux. Elle la garda serrée dans le creux de sa paume alors qu'elle revenait vivement vers la porte et frappait à nouveau, plus fort cette fois.

    Милочка, ta jolie soubrette est là ! annonça d'une voix fébrile et au lourd accent russe Yelena, sans même parvenir à contrôler tous ces mots, toutes ces idées qui menaçaient de lui faire exploser la boîte crânienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Ven 24 Mai - 18:02

Marrek était affalé dans son canapé chesterfield usé par endroits jusqu'à la trame. Une bouteille de Becherovka à la main, seulement vêtu d'un pantalon d'un autre âge et d'un marcel qui avait du être blanc quelques siècles auparavant. Ses mèches d'un blond sale barraient son front et ses yeux peinturlurés d'ocre, comme à son habitude, et il psalmodiait les paroles d'une chanson à boire en Tchèque, sans même s'en rendre compte, comme si se pinter à un alcool local relevait d'un mystérieux processus mystique. En bas, le sang se distillait tranquillement, lentement, pour produire une drogue de qualité. Perdu dans son petit monde, il n'entendit pas la première annonce de Yelena. Il fallait que le son traverse tout son labyrinthe de bordel avant d'atteindre ses oreilles aussi crasseuses que le reste de son individu.

Il n'entendit pas d'avantage lorsque la jeune femme toqua à nouveau. En revanche, la voix féminine aux accents slaves l'interpella et il se leva aussitôt, lentement, mais aux aguets. Qui pouvait bien venir jusque chez lui ? Les Giovanni étaient censé épurer le quartier de tout junkie désireux de venir faire chier son dealer. Mais peut être était-ce plus intéressant qu'un junkie... Ou peut être pas.

Il se traîna en maugréant jusqu'à sa porte, pieds nus sur le spectacle désolant de ses ongles jaunis, sa bouteille presque vide à la main. Il ouvrit la porte et le spectacle lui fit écarquiller un oeil, puis l'autre. Une jolie rousse habillée d'une tenue plus que provocante lui faisait face, peu rassurée mais... Visiblement sous les effets de la drogue rouge. Molto bene. Elle semblait attendre quelque chose et Marrek essaya de sortir les rouages de son cerveau de l'alcool, sans grand succès. Il la connaissait non ? D'où elle sortait, la charmante petite děvka* ? Il resta un instant, les yeux plissés, la déshabillant sans gêne du regard (le spectacle était une invitation au strip tease mental).

Il l'avait déjà vu quelque part... Il commençait à se rappeler. Sur le trottoir, ouais, peut être bien. Une junkie ? Probable vue la trace rouge sous le nez et les yeux dilatés. Ou alors il avait commandé une pute par téléphone et il ne s'en rappelait pas. Il jeta un oeil à la bouteille de Becherovka entamée et se dit que c'était fort possible, l'alcool avait tendance à entamer sa mémoire, au fil des années. Mais il n'était pas du genre à commander une pute comme on commande une pizza, c'était inutile, vu ce qu'il pouvait ramasser avec les junkies en manque. Maladies vénériennes ? Peu importait, pour un vampire.

"On s'connait, děvka ?" demanda-t-il finalement en plongeant son regard dans le décolleté qui ne demandait visiblement que ça, vu la profondeur.

ll se gratta momentanément la tête. Pas par embarras comme dans les séries japonaises, mais parce qu'une armée de poux y logeait probablement et qu'ils frétillaient sans doutes de plonger à leur tour dans l'opulente chevelure rousse de la jolie soubrette.

Il hasarda une main vers ses jolies courbes mais se retint au dernier moment. D'abord, voir qui c'était, pour éviter de faire une boulette vis à vis des Giovanni ou autres, et ensuite...

Les réjouissances.

__________

*děvka: pute

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Dim 16 Juin - 13:54

(Mais quoi qu'elle dit, la dame ?
Желанный : Désiré, petit nom classique et tendre.


    Le premier son qui sortit de sa gorge fut un gloussement incontrôlable. Comme un sursaut du semblant d'ivresse qu'elle ressentait. Apparemment, elle avait toqué au bon endroit. Malgré le carcan de la drogue rouge sur son cerveau, la reconnaissance faciale marchait encore bien. Elle s'humecta les lèvres et cligna de ses longs cils maquillés à sa question.

    Mémoire courte, Милочка, j'espère que c'est la seule chose qui l'est...

    Un second gloussement lui fit porter quelques doigts à sa bouche tandis qu'elle avançait d'un pas et scrutait son visage grimé, repassant plusieurs fois sur ses lèvres, et ses yeux, ainsi que la masse informe de sa chevelure.

    Informations contre postérieur emballé dans un costume honteusement obscène de soubrette à la française. Comment tu as pu oublier ça ? Ne me dis pas que tu caches un lupanar là dedans ? demanda Yelena, vitesse grand V, comme si les mots passaient directement à sa bouche sans passer par un traitement plus poussé par son cerveau.

    Se contorsionnant, elle tenta de voir à l'intérieur, ses yeux gris tentant de passer au delà du Cerbère crasseux, puis il se posèrent une fois de plus sur lui, en quelques fractions de seconde.

    Des informations sur Linus, ce gros cochon qui m'a prostituée, contre... Et bien moi. Je suis toute à toi.

    Ses mains trouvèrent les côtés de la jupette et elle les écarta, comme une petite fille montrant sa nouvelle robe, fièrement. Toute inhibition semblait avoir disparu de l'horizon de Yelena, dont la tête n'était qu'explosion de couleurs, et mots en langues différentes, qui dansaient à un rythme de folle bacchanale. Toute froufroutante, elle s'approcha à nouveau du dealer et l'observa.

    A force de travailler au cabaret, j'ai un peu perdu l'habitude des mises en scène plus osées... Elle enchaîna immédiatement sur autre chose. Ces yeux... Je les avais vus, déjà. Dommage pour le cadre crasseux, mais quels yeux magnifiques.

    A deux pas de lui, elle scrutait le visage qu'elle avait lentement détesté, qui l'avait dégoûté, et elle le dévisageait comme si elle ne l'avait jamais vu, légèrement penchée en avant pour le regarder comme elle aurait regardé un tableau... Et changea presque illico de position en se redressant.

    Bien, je peux rentrer ? Ou tu vas me laisser me peler le cul devant ta porte ? Parce que c'est vraiment court, et je commence à avoir froid. Oh, et oui ! Elle ouvrit la main et lui tendit la fiole vide. Comme tu me l'as proposé, j'ai essayé. Je te rends ta fiole vide, Желанный, elle ne m'est plus d'aucune utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Dim 30 Juin - 15:53

[Tu m'as fait mourir de rire avec ta première réplique, sache-le XDD]

Marrek resta quelques secondes coi, le cerveau embrumé par l'alcool qu'il venait d'ingérer, sentant son intellect diminuer à mesure que son organe reproducteur se réveillait pour réclamer ses droits. Un sourire vint découvrir ses dents en piteux états lorsque les informations lui revinrent petit à petit. Il avait menti à la jolie rousse et n'avait absolument aucune intention de remplir sa part du marché, c'était la raison principale pour laquelle il avait complètement oublié cette histoire. C'était une proposition sans aucun sens qui n'avait eu pour but que de le faire fantasmer pendant un quart d'heure et ça avait plutôt bien marché, jusqu'à son client suivant. Et sa mémoire sélective avait effacé les données au profit de nouvelles sur les transactions de drogue rouge. Il y avait des priorités dans sa vie, et même si tremper son biscuit était bien parti pour faire la tête de liste, les affaires passaient avant tout. Son plaisir résidait principalement dans la contemplation de la déchéance des junkies... Et voilà que la rouquine se pointait jusque chez lui, poussant la déchéance à un niveau encore supérieur pour des informations qu'elle n'aurait sans doutes jamais.

Servie sur un plateau d'argent et en robe de soubrette.

Elle lâcha un commentaire totalement inutile sur ses yeux qui le décontenança pendant quelques secondes. On ne lui faisait jamais de compliments, sauf contraint et forcé. L'effet de la drogue rouge, peut-être. Que n'auraient pas dit les junkies pour une dose... Mais celle ci n'était pas encore accro, si sa mémoire était bonne. Il lui avait donné une dose, une seule, et elle n'était pas revenue.

"Économise ta salive ma jolie, tu en auras besoin pour me cirer le pompier tout à l'heure." lui dit-il sans méchanceté, pour reprendre une contenance.

Il attrapa la fiole vide et s'effaça pour la laisser entrer en profitant de l'occasion pour toucher ses jolies fesses et voir si effectivement elle se les gelait. Quel hôte eut-il été s'il avait ignoré son inconfort ? Il claqua la porte sans ménagement et retourna dans son gourbis comme si elle n'avait pas été là, en traînant les pieds. Il l'avait déjà à moitié oublié le temps de remonter son corridor fait de saletés et de divers objets disparates et il haussa un sourcil en se retournant et en constatant sa présence. Il était un peu absent, ce soir là.

"Bienvenue, princezna. Puisque tu parles de mise en scène osée, tu vas m'en donner." lâcha-t-il en s'affalant sur son canapé, tout sourire.

Une bouteille rebondit du sofa quand il s'y laissa choir et elle chuta au sol, manquant de se briser sous l'impact, rejoignant ses nombreuses camarades tombées au combat. Marrek la fit rouler de son pied crasseux pour voir si elle était vraiment vide mais hélas, c'était le cas.

"Trouve moi de la gnôle avant ça, jolie petite poupée. Que je puisse me saouler pendant que tu remues ton joli p'tit cul." ordonna-t-il en désignant ses corridors de foutoir. Il devait bien y avoir à boire là dedans. Qu'elle se débrouille.

[Je trouve plus mon orange ;_; ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Ven 5 Juil - 20:52

(Ca me faisait tellement rire... Fallait que je la mette.
Et tu parles de ton orange ?)

(Mais quoi qu'elle dit, la dame ?
развратник : Cochon, porcasse
обещание : Promis
блядь : Bordel, putain... Vous voyez, la fleur du langage.


    Hé, развратник, doucement avec la marchandise !

    Première leçon : ne pas laisser le client vous abîmer au point d'être à jeter. Seconde leçon : ne jamais dire non... Mais le mot « non » ne put même pas sortir de sa bouche. Tout ce qu'elle parvint à articuler, les yeux écarquillés, fut...

    Wow.

    Balayant l'intérieur du regard, plissant le nez aux relents âcres de poussière, d'alcool et autres réjouissances, elle resta un moment incapable de bouger. Son cerveau, déjà bien embrumé, se heurtait à ce qu'il tentait d'analyser. Trop d'éléments. Trop de nouvelles choses à faire rentrer.

    Quel bordel ! Et j'en ai vu hein. Des trottoirs, des bâtiments, des maisons closes huppées... Mais je ne vois pas d'autre mot que bordel. Capharnaüm peut-être. Elle gloussa. Oh, capharnaüm. Capharnaüm ! répéta t-elle en articulant, s'émerveillant de la sonorité. Bref ! Bon, si je dois chercher quelque chose là dedans, mieux vaudrait que je commence.

    Quelques cadavres de bouteilles trainaient, ça et là, abandonnés à leur triste sort. Du bout d'une de ses chaussures, elle en repoussa une.

    Avec tout le respect que je te dois, j'aurais plutôt du venir en souillon, et pas me payer ces godasses honteusement chères pour venir shooter dans tes ordures. Bon. Un petit précis sur Linus serait grandement apprécié, pendant que je fouille pour trouver une bouteille.

    Elle se tourna vers Marrek, un sourire charmant aux lèvres.

    Et en plus de ça, tu ne m'entendras plus, обещание, dit Yelena, articulant soigneusement, mettant en avant ses lèvres.

    Battre des cils ne servait à rien. Une bouche appétissante payait mieux. Et un cul mis en valeur au moins deux fois plus, raison pour laquelle elle s'était retournée et cherchait avec autant d'attention qu'un chihuahua sous ecstasy la fameuse bouteille. Cadavre, cadavre. Un fond restait dans une bouteille, mais pas assez, juste une larme.

    Elle faisait diablement... Propre et soignée, pour un tel environnement. A vrai dire, elle ne savait pas si l'endroit lui semblait aussi sale que des toilettes de rave party parce qu'elle était propre, ou si elle se sentait propre parce que l'endroit était une accumulation de crasse, de bouteilles, de papiers, de bouts de machins, de morceaux de trucs.

    Elle ouvrit une bouteille presque entièrement vide, renversa les deux trois gouttes sur sa langue tendue et fit la grimace, son regard errant sur les monceaux, puis observant un récipient ressemblant à une bouteille, derrière une pile de je ne sais quoi. Yelena se pencha, d'abord précautionneusement, puis de plus en plus loin, tendant la main.

    Je vais flinguer mes bas, блядь...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Jeu 18 Juil - 17:25

[Ah putain, bêtement. Curse you, forumactif, avec tes mises à jour à la con. Merci Drahoušku !]

Affalé sur son sofa Marrek sourit en l'entendant babiller au sujet de son bordel. Se serait-elle autant amusée sur la sonorité d'un mot sans la drogue rouge ? C'était peut probable. Ah, la joie de voir le fruit de son travail sous ses yeux barbouillés d'ocre. D'habitude les junkies payaient leur doses et se cassaient plus loin avec leur teint de poisson mort et leurs cernes violacées. Là non seulement la donzelle restait là mais dans quelle tenue, doux Jésus ! Elle surpassait de loin toutes les petites putes qui s'étaient offertes à lui jusque là pour avoir des doses à l'oeil, et de loin. Elle n'avait même pas besoin de lui déboutonner le pantalon pour ce faire. L'emballage à lui seul la classait dans la catégorie des "bonnasses classieuses" catégorie qui manquait cruellement de membres, ces derniers temps. Il écarta ses lèvres sur un sourire mauvais et tendit la main pour se caresser l'entrejambe, c'est qu'elle l'excitait un minimum, la bougresse avec ses airs de bonne femme forte... A croire que sa belle assurance pouvait la protéger d'un viol. Il ricana.

Il se gratta la tignasse (faisant fuir une armée de poux) en laissant ses caresses génitales en suspens quand elle mentionna Linus... C'était quoi, ça, Linus, déjà ? Une petite sonnerie dans son cerveau alluma un néon vert en forme de flèche qui clignotait en désignant le souvenir confus de leur dernière entrevue dans la rue... Linus c'était un mec... Un mec... Putain, c'était qui déjà ? Ça avait un rapport avec sa présence ici, c'était un fait. Mais après...

"Ouais, Linus... C'quoi ça déjà ?" demanda-t-il paresseusement, toujours affalé comme un porc, un bras sous la nuque, une main sur l'aine.

Il la regarda fouiller dans son bordel et l'entendit jurer pour l'état de ses bas. Il ricana à nouveau en pensant que si elle croyait que ses bas filés seraient son principal problème pour la soirée, elle était loin du compte. Très loin du compte.

"T'inquiète pas pour tes bas ou tes jolies chaussures, drahoušku, j'ai de quoi te payer un dressing complet... Et bientôt ça sera le cadet de tes soucis."

Le ton était badin, même pas menaçant. Il constatait simplement à mesure qu'un film interdit au mineurs se précisait dans sa tête... Un film qui avait des chances de se réaliser avant la fin de la soirée. Sa main s'agita à nouveau vers son bas ventre, sans même qu'il s'en rende compte... La vie était belle... Merci Minus... Linux... Qui que tu sois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Mer 28 Aoû - 15:27

(J'ai pensé à une chanson du Rocky Horror Picture Show. Et j'ai honte D: Tu t'es pas ennuyé, j'espère *3*)


    Yelena soupira et se redressa, tournant son buste vers lui, pieds écartées, une main sur sa hanche.

    Linus. Le trou du cul qui m'a fait devenir prostituée. C'était un sous-fifre, c'est sûr, mais il nous a réceptionné, moi et mes cousines et le package filles de l'est à notre arrivée aux US. On volait, puis on passait à la casserole. J'ai eu la méchante idée de pas me faire pousser une paire de nichons assez vite et il m'a balancé entre les pattes d'un chirurgien.

    Ses mains formèrent deux coupes sous ses seins, les montrant comme des trophées, puis elle les lâcha, les laissant souplement rebondir, avant de reprendre la quête du Saint Graal rempli de bibine.

    Si mon frère n'avait pas trouvé un moyen de me donner la nationalité via son protecteur, et ne m'avait pas emmenée en road trip, je serais sans doute encore en train de remuer mon cul sur les trottoirs d'une autre ville. Quoique vers la fin, j'étais bookée la plupart du temps. Monte dans la voiture, descend de la voiture, descend à genoux, tout ça..., déblatérait la rouquine en envoyant valser quelques vieux emballages à l'écriture complètement effacée. Aaaah...

    Se redressant tant bien que mal sur ses talons, une bouteille sans étiquette à la main et bouchée au liège, sans doute par un bouchon qui n'était pas celui de base. La bouteille était aux trois quart pleine, c'était mieux que rien. Yelena déboucha le flacon et porta le goulot à son nez. Ca sentait l'alcool. Quel genre, et à quel degré, ça restait à déterminer. D'une démarche chaloupée elle se fourra dans la ligne de mire de Marrek.

    Pouvoir payer veut pas dire qu'on le fera...

    Yelena avança de quelques grandes enjambées et laissa la bouteille tomber sur le canapé tandis qu'elle s'y agenouillait elle-même, s'installant en ignorant tout concept d'espace personnel et posant sa main sur l'épaule de Marrek.

    On dirait que t'as pas fais de recherche pour moi... J'ai déjà travaillé pour rien, mais je déteste faire crédit. (Sa main libre attrapa la bouteille et la posa entre les jambes du dealer.) Les seules fois où je l'ai fais, c'était uniquement parce que le client me donnait faim. (Son sourire révéla ses crocs.) Une chance que j'aie appris à aimer ça, avec le temps. Remuer mon postérieur sur une scène attire les voyeurs, mais peu de candidats au petit coup dans la ruelle.

    La drogue rouge lui déliait la langue, enfermant dans son cerveau l'ancienne abusée, laissant champ libre à la honteuse vérité qui s'était développée avec le temps. Souvent, elle avait aimé ça. Certains étaient doués. Certains étaient beaux, même très beaux. Certains étaient vicieux. Et souvent, elle n'avait même pas eu à faire semblant.

    J'ai rarement dit non... Après tout, ce n'était pas mon rôle. Sois gentil, Милочка, et tu auras le droit à un traitement de choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Mar 10 Sep - 23:04

(Rocky Horror FTW /o/ tu m'as tellement manqué que j'ai failli me jeter du pont. Après je me suis rappelé qu'il y avait de l'eau en dessous et que ma crasse allait s'y dissoudre en faisant des bulles comme un cachet d'aspirine donc j'me suis dit "boerf, nope.")


Si Marrek avait été un personnage de dessin animé, le loup de Tex Avery n'aurait rien eu à lui envier quand la rouquine se prit les seins à deux mains avant de les laisser souplement rebondir. Ses yeux auraient probablement jailli de ses orbites pour aller s'y coller en glissant paresseusement sur leurs formes pendant que sa langue aurait parcouru le sol jusqu'à aller lécher les pompes vernies de la donzelle. Seulement il n'était qu'un vampire tout ce qu'il y avait de plus réel (aussi paradoxal que ça puisse paraître hors contexte) et il se contenta donc d'ouvrir de grands yeux, la bouche ouverte. Ainsi donc ils étaient faux... Voilà pourquoi ça le démangeait tant que ça dans son calebard. Certains aimaient les seins naturels, d'autres les préféraient artificiels. Marrek lui les aimait de telle taille et de telle forme qu'ils remplissent parfaitement le creux de ses mains et la rouquine venait de lui prouver que c'était bel et bien le cas. Oh, cette chaleur...

D'ordinaire il aurait balayé les histoires et souvenirs d'un geste de la main impatient mais bizarrement... Entendre une nana aussi bien roulée raconter comment elle se faisait sauter ou dans quelle position elle avait pompé ses précédents clients n'avait rien de rébarbatif. Il referma donc sa bouche béante dans un grand sourire. La drogue rouge lui déliait visiblement la langue, elle aurait gagné à devenir une junkie... Surtout si la drogue donnait d'autres propriétés à ladite langue.

Il n'avait pas dit un mot, profitant du spectacle quand elle revint vers lui et sitôt qu'elle s'installa il l'enlaça sans autre forme de procès en lui posant sa main libre sur la cuisse. Son tempérament lui plaisait. Dans ses souvenirs, elle lui faisait l'effet d'une pouliche apeurée mais peut être que la bibine lui avait sapé les neurones ou simplement que la drogue rouge la tenait en son pouvoir et révélait sa véritable personnalité. Il la laissa déblatérer son petit texte en lui caressant la cuisse et une fois qu'elle eut fini et ponctué son laïus un délicieux petit surnom en langue slave il poussa un soupir chargé en vapeur d'alcools avant d'attraper un téléphone archaïque qui n'aurait pas déparé dans une adaptation d'un roman d'Agatha Christie.

"C'est bien parce que c'est toi, drahoušku." dit-il avec un réel élan d'affection dans la voix. Elle commençait à lui plaire vraiment, cette petite. L'emballage était alléchant et l'allumeuse sous drogue rouge l'était plus encore.

Il coinça le téléphone entre l'accoudoir et sa cuisse sans lâcher la jeune femme de la main qui l'enlaçait. Il regrettait déjà que son autre main ne soit plus sous les jolis jupons de la soubrette mais... Il composa rapidement le numéro qui l'intéressait en faisant tourner l'antique cadran crasseux et la tonalité lui indiqua que pour une fois son esprit n'avait pas battu la campagne et qu'il avait composé un numéro valide. Bene, comme disaient ceux qui allaient lui répondre.

Une voix au fort accent italien lança son nom d'un ton interrogatif, signe qu'il attendait sa requête.

"Francesco Giovanni ?"
"Buongiorno Francesco. C'est ton dealer préféré."
"Ah." La voix trahissait à peu près tous les sentiments du spectre émotionnel mais pas celui de la joie, visiblement. "Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?"
"Chercher dans tes dossiers si vous avez pas un associé ou une victime du nom de Linus machinchose, un maquereau qui trafique dans les pays de l'Est."
"Les pays de l'Est ? Pas notre rayon."
"Non, mais les putes, oui. Tu me rappelleras quand t'auras des nouvelles ou si tu trouves rien. Va bene?"
"Va bene. Ciao"

Le Tchèque raccrocha en se demandant si le Giovanni le rappellerait et si il le faisait effectivement si lui même se souviendrait de cet entretien téléphonique. Puis son regard tomba sur les appâts de la belle et il remisa immédiatement la question dans le tiroir "rien à branler".

"Bieeeen. A nous maintenant." dit-il en étirant un large sourire sur ses dents jaunâtres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Mer 18 Sep - 0:45

(That's my Милочка ♥ )


    Yelena s'installa bien confortablement, du moins autant que possible, sur le dealer, écoutant distraitement la conversation en observant tout ce qui brandouillait autour du cou de Marrek, ondulant même légèrement lorsqu'il caressa sa cuisse. Une horde de fourmis lui remonta dans les reins, la faisant se redresser et se cambrer. Elle avait toujours aimé les crocs des vampires. Honnêtement, l'idée de ressortir d'une chambre, l'entre-cuisse couverte de traces de morsures n'avait rien de répugnant. La douleur avait même parfois un petit côté récréatif. Son regard se plongea dans celui du Tchèque et elle bazarda la bouteille sur le côté du canapé, se tortillant en s'installant correctement à cheval sur les jambes du blondinet.

    Miaw... J'aime qu'on me paye une petite avance comme ça, susurra t-elle à l'oreille de son dealer adoré.

    Tout son corps était pressé, étouffé, sa poitrine exposée comme un obscène buffet juste sous le nez de son cher, très cher bienfaiteur. Même son bassin trouva approprié de s'avancer vers le ventre du sugar daddy du soir.

    Je suis toute à toi. A toi de choisir tout ce que tu veux que je fasse. Improviser, me déshabiller... Ses lèvres semblaient presque gronder d'impatience à l'oreille du Tchèque alors qu'une de ses mains caressaient le torse cliquetant, couvert de colliers, et que la seconde effleurait la nuque de Marrek, enfouie sous ses cheveux "vivants". Dis moi tout, et j'exécute. Avec plaisir...

    Yelena se redressa pour regarder Marrek à nouveau, un petit sourire aux lèvres, sa main quittant la nuque perdue dans la jungle infestée de la tignasse marekienne pour attraper la bouteille, l'ouvrir et s'en envoyer une rasade. Elle se racla la gorge, articulant un mot grossier en regardant la bouteille, puis reporta son attention sur le Tchèque, calant le flacon dans un coin. Elle s'humidifia les lèvres, sentant encore le feu de l'alcool, et s'accrocha soudain au cou de Marrek, déposant un baiser enfiévré sur ses lèvres et laissant la pointe non plus curieuse, mais avide, goûter l'âpre menu du soir. L'abomination ne lui échappa pas, et pourtant, quelque chose la faisait sembler tellement secondaire... Presque autant que la sensation répugnante de mains à l'hygiène peu stricte la tripotant sans honte.

    Basculant la tête en arrière en haletant, elle cueillit les résidus de ce baiser en inspirant, puis elle expira. Ses yeux gris pâles, légèrement vitreux, tentèrent de faire le point sur Marrek.

    Combien de temps dure cette sensation...? C'est tellement... Grisant, acheva Yelena dans un râle extatique, inspirant à nouveau à en faire craquer les coutures du corsage.

    C'était tellement magique. Quelques mouvements, boire un coup, se délecter de la monstrueuse lie de l'humanité assise entre ses jambes... A peine quelques minutes, et elle avait eu la sensation de passer au moins des heures d'intenses sensations. L'alcool. Les couleurs, les idées dans sa tête, tout était si clair, bondissant... Elle se sentait à la fois sauvage et domestiquée dans ce costume grotesque. Sexy et lamentablement pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Mer 30 Oct - 23:08

Marrek était en train d'improviser un plan de la soirée dans les moindres détails en passant de l'effeuillage au plumard quand les lèvres de la belle le cueillirent sur le vif sans lui laisser le temps de broncher. Il se laissa aller à fermer les yeux, en confiance. Il n'avait rien que cette charmante petite ne puisse lui dérober et de toute façon elle était perchée si haut sur l'échelle des psychotropes qu'avant qu'elle n'en redescende, il aurait eu le temps foutre son joli petit cul à la lourde. Il inspira son parfum ambré rehaussé des notes poudrées de son maquillage, une vraie petite poupée... De chair, vivante et frémissant soumises aux bonnes grâces de la drogue rouge.

Lorsqu'elle s'écarta il la détailla des pieds à la tête, et en gros plan, s'il vous plaît. Elle était danseuse non ? Alors mieux valait en profiter pour faire d'un plan cul une soirée raffinée, c'est pas souvent que Matt acceptait son pouilleux préféré dans son charmant établissement. Et ben pour la peine, Marrek se servait lui-même dans la marchandise et en la rhabillant pour l'hiver, tant qu'à faire. Encore qu'en hiver, elle se serait caillé ses petites miches rebondies et ses jolis nichons bien ronds. Ah, les joies de la chirurgie...

Il étira ses lèvres en un sourire hideux qui révélait ses dents gâtées et passa une de ses mains dans son dos. Il l'agita de droite à gauche, donnant l'impression de se gratter le cul d'un air concentré en enfonçant son nez dans les atours de la donzelle en se relevant un peu et... Sortit finalement une main victorieuse de sous son derrière crasseux dans laquelle se trouvait une petite fiole qu'il savait coincée entre les coussins de son canapé depuis un moment déjà. La flemme de ranger avait du bon, on pouvait dire qu'elle tombait à pic, celle là.

"Ça dure tant que tu veux, trésor. C'est papa qui fournit." dit-il en lui coinçant la fiole entre les seins, non sans les caresser avidement au passage, comme hypnotisé par leur chaleur et leur douceur.

Rompant à grand mal le contact visuel avec les seins de Yelena, il finit par lui désigner de la tête un vieux phonographe posé sur une pile de disques poussiéreux datant de l'époque d'or des gramophones. L'antiquité était flambant neuve, sous la couche de poussière et de crasse qui ternissait l'éclat de son pavillon en cuivre. La petite manivelle pour remonter le mécanisme était désormais le foyer d'une petite araignée mais l'engin était tout à fait fonctionnel, Marrek s'en était assuré. Il le faisait parfois tourner, quand la nostalgie le prenait, mais récemment il avait été très pris par ses affaires avec les Giovanni et l'engin s'était naturellement recouvert d'une couche de crasse en se fondant dans le paysage.

"Les disques sont en dessous. Amuse-toi à t'en trouver un et danse, biquette, remue-moi ces jolies miches et cette jolie crinière. J'veux voir tes nichons osciller."

Il se retint d'ajouter un "excite-moi" mais c'était parfaitement superflu. Il passa une main dans son pantalon, attendant avidement la suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Lun 20 Jan - 17:38

[Le 30 octobre ? Ouah... J'ai loupé deux trois jours 8D]

(Mais quoi qu'elle dit, la dame ?
Хозяин : Patron

    Elle gloussa. La petite fiole était fraîche entre ses seins honteusement étouffés l'un contre l'autre, et les mains de Marrek lui semblaient plutôt froides aussi. A moins que ce soit elle, en proie à une fièvre euphorique, qui était montée en température. Elle tourna vivement la tête vers le gramophone et elle vit quelques étoiles pétiller dans son champ de vision périphérique déjà bien réduit. Elle avait l'impression d'avoir bu... Elle avait bu. Une heure avant ? Non, pourtant, la bouteille était là... Quelque part. Mais ni mal d'estomac, ni tête qui tourne réellement. Juste cette sensation hébétée et créatrice qui lui venait après avoir picolé.

    D'accodac, хозяин.

    Elle se releva avec la sensation de porter des plate-formes de plusieurs dizaines de centimètres. Son centre de gravité mit quelques secondes avant de se replacer, puis elle partit presque en gambadant, sa jupette bondissant avec le mouvement.

    Dis donc, c'est pas tout jeune, ça, dit-elle en se penchant vers les disques qu'elle passa en revue, posant la fiole à côté de l'appareil.

    Elle se dit qu'elles avaient de belles couleurs, ces pochettes. L'une d'elle était rose, avait une belle femme dessus, qui souriait. Une blonde. Le disque n'était pas de première fraîcheur, mais elle s'étonna de le voir là. Mais pourquoi pas, le hasard était heureux ce soir, et elle se sentait d'humeur festive. Se redressant, elle s'étira et retira finalement ses bras des petites manches bouffantes, articulant une phrase semblable à « m'empêche de bouger, ce truc ». De toute manière, le col était bien en place sur sa poitrine, et elle en avait assez pour qu'il ne glisse pas vers le bas.

    Elle sortit le disque de la pochette et le posa sur le gramophone. D'une main calme, elle flatta presque le contour jusqu'à la manivelle qu'elle empoigna et tourna plusieurs fois. Enfin, elle poussa le bras jusqu'à activer le mécanisme et le pavillon crachota les premières notes de Fever, de Peggy Lee.

    Le rythme suffisait à la faire se déhancher. Ses hanches remuaient naturellement tandis que ses genoux se pliaient, offrant la vue du corps de Yelena de dos et de ses cuisses sur lesquelles moussait la jupe qui tressautait. Lorsque Peggy se mit à chanter, Yelena s'était replacée face à Marrek et se trémoussait en rythme, ses mains parcourant la lisière de ses vêtements, caressant son cou et sa gorge découverte, lèvres entrouvertes, dans un état proche de la transe. Ces sons graves, comme ceux qui illustreraient un chat se promenant sur un toit, lui inspirèrent un sourire et un roulement d'épaules généreux, attirant le tissu sur sa poitrine à peine vers le bas.

    La musique s'emballait et ses mouvements se faisaient plus saccadés, chaque partie rebondie de son anatomie accompagnant sa danse. Merci dame Physique, dame Gravité, jamais vous ne décevez les pauvres êtres de la planète.

    Yelena sentait la chaleur sous sa peau, comme si son derme était en fusion. Sa démarche était chaloupée, dansante, et arrivée devant lui, elle se pencha en avant, prenant ses seins en coupe et les faisant tressauter.

    Est-ce que ça bouge assez à ton goût, Милочка ? J'en ai encore en réserve, mais pour ça, il faudra m'aider.

    A ces mots, elle se redressa et se retourna, ses bras souples atteignant le haut de la fermeture éclair en haut de son dos et amorçant sa descente, mais sans terminer. A lui de voir si il voulait continuer à la voir se déhancher sur autre chose, ou si l'idée de la délester de son costume, ou au moins de la robe tout du moins, lui donnait assez faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Dim 2 Fév - 18:05

Marrek leva les yeux au ciel. Évidemment que sa collection n'était pas de première fraîcheur. Rien n'était de première fraîcheur dans ce taudis, et encore moins le grand patron en personne. Encore que... Ses petites fioles étaient juste fraîches, à peine sorties de l'alambic. Et vu comme ça lui montait à la tête, à la rouquine, il en craquerait peut être une ou deux de plus dans la soirée. Il se rappelait à présent leur première entrevue la manière dont elle avait voulu cacher ses formes, et ses airs de prude, de ne pas y toucher, malgré ses années à battre le pavé en vendant ses charmes...

Et voilà qu'elle dansait comme au Sparkling Diamond pour les seuls yeux du Tchèque. Et encore, il doutait que les clients fortunés du cabaret de Mathew aient eu droit à de tels déhanchements... Est-ce que "danseuse" ça incluait "strip-teaseuse" ? Encore que... Dans le monde plein de paillettes de Mathew Khlay on parlait "d'effeuillage". Dame, strip-tease, ça faisait pouffiasse...

"Comme quoi la drogue rouge de papa transforme n'importe laquelle des nonnes en salope de bas étage... J'devrais rajouter ça à mon baratin, tiens." dit-il en ricanant.

"Ça balance pas mal, ouais." répondit-il sans quitter des yeux les formes de la jeune femme. Il aurait été bien incapable de dire la couleur de ses cheveux à ce moment là. Et pourtant il les avait sous les yeux... Ou presque.

Il ne put retenir un sifflement admiratif quand elle dézippa le haut de la fermeture éclair... Déjà parce qu'il était bien incapable de faire une telle chose (son corps de vampire était loin d'être aussi souple que celui d'une danseuse en pleine jeunesse) et ensuite parce qu'il semblait qu'elle accélérait les choses... Pas qu'il se plaigne, mais il se demandait où était passé la petite effarouchée aux yeux de biche qui l'avait limite supplié la dernière fois. Cette fille pouvait s'avérer dangereuse... Du moins quand elle n'était pas complètement shootée. Ceci dit une fois shootée, elle pouvait s'avérer être un atout de poids. Si le dealer tolérait toutefois qu'on fasse joujou avec sa marchandise. Mais au diable les considérations commerciales, l'heure était aux galipettes.

Il tira d'un coup sec sur la fermeture éclair et passa ses mains sans vergogne sous le tissu alors qu'il s'affaissait mollement au sol, tâtant la marchandise sans aucune retenue. Il se leva pour la sentir contre lui, son marcel crasseux contre ses sous vêtements ouvragés, et il l'enlaça par derrière en reniflant l'odeur de ses cheveux. Elle s'était parfumée juste derrière la nuque et il la sentait bouillonner et onduler contre lui. Le panard total. Il ne dit pas un mot, mais enlacé comme il la tenait, sa trique parlait pour lui. Il étouffa un grognement de contentement.

(J'ai aucune idée de ce qu'elle a sous la robe alors... Je m'arrête là x)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yelena Volynski
Fiancée de Beetlejuice
Fiancée de Beetlejuice
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   Lun 3 Fév - 2:11

(Mais quoi qu'elle dit, la dame ?
Прикоснись ко мне : Touche-moi

    En l'absence de soutien-gorge, l'air lui sembla soudain plus frais sur sa poitrine. Le tissu était doux. Du moins, c'était ce dont elle se rendit compte lorsqu'il dégringola au sol où il se posa comme une corolle à ses pieds. La robe avait à peine accroché sur son déhanché créé par son genou plié. La matière satinée du porte-jarretelle noir, orné d'un petit nœud rouge au dessus de chaque lanière accrochée à ses bas lui avait permis de glisser sans problème. Sous le porte-jarretelle avait été passé un shorty string en dentelle noire, plutôt simple, très fin.

    Facile à crever. En partant, elle n'avait eu aucun mal à s'imaginer ce qu'elle devrait faire. Bizarrement, elle aurait été étonnée que ça n'en arrive pas là, même la tête au clair.

    Quant à son état actuel, il lui fit pousser un lourd soupir de gorge, lascif, les lèvres entrouvertes, lorsque le corps encore vêtu se pressa contre elle. Elle eût un hoquet silencieux, comme si elle reprenait une inspiration rapide pendant qu'elle pouvait encore respirer à la surface. Il la renifla... Il bandait contre elle... Mieux encore, il émit un petit bruit guttural.

    Elle y répondit comme un animal, poussant un grondement rauque, ouvrant un peu plus la bouche. Ses crocs lui donnaient l'impression de la démanger, et elle geint de frustration. Il venait d'éveiller ses faims. Presque tendrement, elle caressa ses bras. Là où leurs peaux se touchaient, elle sentait son épiderme frémir. Yelena sentit même la chair de poule la submerger quelques secondes avant de refluer. Son champ de vision se rétrécit un peu plus alors qu'elle saisissait plus fermement les bras de son très cher Милочка pour qu'il desserre sa prise, le temps qu'elle se retourne, pressant sa poitrine opulente contre le marcel qui lui sembla douloureusement rugueux.

    Ses mains se posèrent sur les épaules de Marrek et elle tenta de concentrer son regard sur les yeux du dealer. Elle peina quelques secondes, ne cessant de se coller à son corps comme si elle cherchait à passer au travers de ses vêtements, puis articula d'une voix haletante.

    Le canapé. Allonge-toi, je veux te chevaucher...

    Sa dernière phrase avait été articulée impérieusement tandis qu'elle le forçait à reculer et se replacer sur le canapé, marchant sur lui pour qu'il s’exécute sans discuter, profitant de la distraction que représentaient ses attributs pour terminer par le faire basculer en sa compagnie. Un véritable bélier quand elle commençait à vouloir se payer du bon temps.

    Un genou de chaque côté de son bassin, elle n'hésita pas à se presser contre son érection, ni à écraser ses seins contre lui, ses mains cherchant désespérément le bas du marcel. Il était dans le passage. La tête penchée dans le cou de son hôte, elle haleta plusieurs fois, déglutissant difficilement. Elle ressentait l'urgence des faims qui faisaient rugir son sang.

    Infect. Abomination... De vagues échos de la partie raisonnée de son cerveau rencontrèrent une oreille sourde, au milieu des hormones, des substances psychoactives qui l’inondaient.

    Прикоснись ко мне, Милочка. Touche... Ma peau.

    Sa voix rauque s'accompagna d'une sueur froide, tandis qu'elle murmurait dans son cou.

    Besoin de plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiss my bliss (Le Tchèque)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiss my bliss (Le Tchèque)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche d'île] Royaume de Bliss
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» La leçon des pattes de lapins [suite à Bliss]
» présentation de kiss me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: Est de Midnights :: Rues mal famées :: Planque du Dealer-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit