Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Daryan Czeslaw, Ze Furet is back in da Place, tavu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daryan Czeslaw
Furet Keupon
Furet Keupon
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 31

MessageSujet: Daryan Czeslaw, Ze Furet is back in da Place, tavu.   Mar 1 Fév - 18:17


Nom : Cezslaw
Prénom : Daryan
Surnom : Le Furet
Age : Apparence : 20 ans. Réel : 24.
Race : Vamepailleur
Statut : Fridebidehu. Punk SDF, musicien itinérant.
Sexualité : Ambi (pur)


Physique : Dans le genre sac d’os, 1m75 pour 65kg.
Allure : Lamentable. Non seulement il a un physique disons… Loin de ce qu’on peut appeler “passe partout” mais en plus il ne fait aucun effort de maintient, d’allure, rien du tout. Pour qui, de toute façon ? Il marche en traînant les pieds, se tient généralement vouté ou affalé avec la grâce du cachalot échoué à marée basse. Il lui arrive néanmoins de faire preuve de dignité et de se tenir droit, mais faut vraiment le provoquer. Une coupe farfelue, des tatouages, un regard fier et des vêtements déchirés… Mais il n’est pas « sale ». Niveau hygiène, il a des principes quand même. Il lui arrive de faire la manche avec sa guitare pour se tenir propre, pouvoir payer le taré qui lui coupe les cheveux comme ça, pouvoir se laver, et bien sûr manger, en priorité. Il aurait l’air un peu bohême, avec sa guitare sur le dos, sans cet air mi dépressif mi agressif (et re mi ours derrière) quand il est silencieux, et arrogant et suffisant dès qu’il ouvre la bouche.

Il s’habille avec des vêtements foncés, en haut, parfois clair en bas, souvent déchirés. Il aime porter tout un tas d’accessoires qui s’entrechoquent plus ou moins silencieusement à chaque mouvement. Des bottes genre rangers bien usées, des pantalons larges. Souvent bras nus, il ne supporte pas les vêtements qui lui collent aux membres (au torse ça va, mais bras et jambes, quelle horreur ! Oui j’parlais de ces membres là, oui.)
Pas mal de trucs qui pendouillent (non non, pas ça) entre les lanières de vêtements déchirés, les bracelets en tout genre et les mèches de cheveux… Daryan est une breloque vivante. Tu l’emmènes à l’aéroport il sonne de partout et loupe son avion le temps de tout enlever.
Niveau capillaire, c’est rasé en damier sur les côtés, avec des mèches plus longues, le tout d’un noir de jais (sauf le damier, sinon on peut pas jouer tranquillement)et quelques mèches décolorées… Ca pourrait être classe, fait dans un salon de coiffure sauf que lui n’ayant bien évidemment pas les moyens, c’est décapé limite cramé. Joli de loin, mais de près, quand ça vient d’être fait j’vous raconte pas le carton. Le cou noir d’encre qui descend jusque sur sa poitrine où ça fait encore des damiers, des tatouages aux poignets aussi. (damierdamierdamier ! Obsessionnel ? Non, pas ma faute, c’est l’avatar, là ><)
Des bandages au poignets genre je viens de me les tailler la vie c’est trop pas bien. Piercings au visage, arcade et lèvre.

Caractère : Ben… Peu de dignité malgré une certaine fierté (mal placée, de fait). Un caractère de merde, aime bien contrarier les gens, et peut être parfaitement infect quand la situation l’exige (et elle l’exige souvent, vu de sa fenêtre). Il fait partie de ces gens horripilants qui ont un don pour la musique et à peu près n’importe quel instrument (vous savez quand vous vous galérez à faire rentrer un morceau dans vos doigts, qu’il y en a un qui arrive et fait « oh j’peux essayer ? Ah ouais ça fait comme ça *dzing dzing – joue trop bien et rend l’instrument* sympa ! » et que vous avez envie de l’écorcher vif ? Ben voilà, Daryan c’est ce type là) mais il préfère la guitare. Plus sympa à trimballer dans la rue qu’un piano à queue. Il fait aussi partie de ces gens qui sont discrets et silencieux… Mais qui, quand il a décidé de la ramener n’arrive plus à la fermer et s’attire un tas d’ennuis (vu qu’il adore médire et être infect). Ah oui tiens. Histoire de pas refaire encore une énième parenthèse, il adore médire, devant les gens ou dans leur dos. Un adorable petit enf… Vampire. Il adore enquiquiner son monde, jouer au poil à gratter juste pour faire chier, se poser n’importe où pour jouer de la guitare, ou encore traîner ses savates d’un coin à un autre sans avoir de compte à rendre à personne. Il aime bien les enfants aussi, il se sent plus proche d’eux.
Il n’aime pas les gens, en général, tous ceux qui sont bien habillés et ont une vie normale, il les a en horreur. La bienséance aussi, il s’assoit dessus. Il n’aime pas le soleil, du coup, mais comme il a toujours été un oiseau de nuit, finalement, il s’en tape d’être mort.
Niveau sociabilité c’est… Le néant. Les gens c’est des cons, moins il est voit, mieux il se porte (à ceci près qu’il a besoin de leur thune pour bouffer).Encore que. Merci le gouvernement pour les poches de sang.

Autres : ~


Son passé : Ah ça. Une famille pas forcément favorisée, une enfance… Normale, on va dire. Un peu trop normale pour un gamin qui s’est toujours senti hors norme. Comme si tout les autres sortaient du même moule et que lui n’avait jamais vu ne serait-ce que la cheminée de l’usine. Quand il était petit il s’en accommodait plutôt bien. Il était l’original, celui qui inventait toujours des histoires fantastiques à la récrée, celui sur lequel on aimait bien copier en cour de musique, celui qui formait un petit cercle autour de lui, toujours prêt à raconter une histoire en inventant sur mesure, toujours prêt à vanner quelqu’un avec la méchanceté qu’on parfois les enfants (qui ne l’a pas quitté)… Quand il était petit c’était chouette d’être différent, c’était positif. Personne ne lui tapait dessus pour qu’il rentre dans le rang, et on encourageait sa créativité.
Bon, il ne pouvait pas toujours avoir les mêmes jouets que ses camarades, manque d’argent oblige, mais il s’en contentait et de toute façon, avec les univers qu’il s’inventait, un simple bâton était plus efficace qu’un sabre laser à pile tout neuf. A mesure qu’il entrait dans l’âge ingrat, ses univers s’assombrissaient. Douleur, macabre, méchanceté gratuite… Que du bonheur. Ce genre d’ado qu’on a tous été un jour… Mais qui peut se révéler ingérable à mesure qu’il grandit. Et c’est ce qu’il fit. Un jour rentra à la maison avec un piercing. Puis quelques mois plus tard un autre. Puis oh tiens on peut se dessiner dessus. Next stage : des tatouages aux poignets. Puis quand vint celui qui recouvre tout son cou, il se fit mettre à la porte par ses parents qui n’étaient pas vraiment adeptes du body art. D’autant que la seule chose qu’ils remarquaient, c’était que les notes chutaient dangereusement, que ses copies étaient de plus en plus blanches à mesure que l’encre les quittaient pour se poser sur son corps. Dommage, ses parents n’ont pas eu le temps de voir ses jolis cheveux. Tant mieux, avec un peu de chance, ils ne le reconnaitraient même pas.

Content de s’être fait mettre à la porte (ce qui lui évita de prendre la décision par lui-même) il vécut un peu chez des amis, dans des squatts où un type bourré lui offrit sa première guitare après l’avoir vu gratter un peu les cordes. Parce que s’il était un élève médiocre à l’école, qui se laissait aller enfant, puis refusait de travailler une fois ado, c’était plus par flemme que par réelle médiocrité. Et la seule matière dans laquelle il refusait de faire tache, c’était la musique. Alors une fois pourvu d’un instrument, il se mit à faire la manche et à vivre seul, indépendant, ce qui commençait à devenir une envie pressante (comme après trois mugs de café) au vu de sa fierté grandissante. Il lui arrive de jongler aussi, avec des trucs coupants, en feu, bref, ce qui en jette et ramène du pognon (ou fait très mal). L’argent lui sert aussi bien à manger (priorité 1) se couper/massacrer les cheveux (priorité 2) et se tenir propre, squatter les laveries ou certains établissements où il peut se laver et laver lui-même ses vêtements (priorité 3).

Il n’était qu’un petit punk encore humain, quelques années auparavant, qui traînait ses rangers dans des quartiers plutôt craignos… Mais où on ne lui demandait jamais rien. Aucun compte à rendre. Certes, c’était assez dangereux, mais bon. Il n’avait pas l’intention de vivre éternellement, et avec une tronche comme la sienne, il savait qu’il ne passerait pas inaperçu… Mais finalement, ce qui eut raison de sa vie insignifiante fut bien plus simple, et plus bête.
La nuit commençait à tomber. Il revenait du centre ville en flânant un peu. Il avait rejoint dans la journée une bande de saltimbanques, hauts en couleurs, comme lui, qui faisaient la manche à coup de grand spectacle. Il avait même pu jongler avec des trucs en feu. Bon, il s’était fait mal, mais ça avait valu le coup. Non seulement il s’était éclaté, mais son pantalon peinait à tenir sur ses hanches malgré la ceinture, tant les poches étaient pleines de pièces. Il envisageait vaguement d’aller s’acheter de quoi manger, traînant ses savates d’un air rêveur, les yeux dans le vague, l’esprit tourné vers la représentation de l’après-midi, faisant et refaisant ses tours dans sa tête. Il était fier de lui, fier des regards qu’il avait rencontré, où pour une fois son look lui avait permis un petit moment de gloire, au lieu des habituels regards méprisants. Au moment où il arrivait à la hauteur d’une petite supérette de quartier, celle où il projetait d’acheter son repas sans doute équilibré du côté du Gras de la Force, il se fit bousculer par un braqueur. Soit, l’épicerie venait de se faire braquer, il irait à celle qui se trouvait trois pâté de maisons plus loin, pas de souci. Mais il se retrouva impliqué dans un conflit de gangs. Les braqueurs étaient du gang des Dollars, un gang des quartiers éloignés (mais tout aussi défavorisés que ceux là). Or, ils opéraient sur le territoire des White Bones, et un informateur avait cru bon de signaler le braquage à Big D, le chef des White Bones, avant même que les Dollars ne se mettent en mouvement vers l’épicerie. Résultat, un comité d’accueil attendait les braqueurs, armé jusqu’aux dents, et tout ce petit monde se mit à faire feu. Daryan n’eut même pas le temps de plonger à terre, ou de se cacher dans l’entrée de l’immeuble miteux qui hébergeait un centre d’aide aux défavorisés qu’il venait juste de dépasser. Il prit un projectile dans le ventre, et un autre dans les reins. Sous le choc, il recula de quelques mètres en s’appuyant contre le mur d’une main, portant son autre main et son bras aux blessures sur son abdomen, d’un air hébété, comprenant tout juste ce qui lui arrivait. La porte de l’immeuble était ouverte, et il tomba lourdement sur le sol, à l’intérieur, quand la main qui s’appuyait sur les murs ne rencontra que le vide. Le visage tourné vers le plafond, entendant les détonations des coups de feu à travers une bulle, il sentit son regard se faire plus trouble, et les spasmes agiter son corps. Il entendit vaguement crier. Il se rendit vaguement compte que Scotty Brighton, le type qui s’occupait des défavorisés du quartier avec qui il s’entendait à merveille se penchait au dessus de lui, tentait de calmer les spasmes de son corps et de boucher les blessures de ses mains pour que le sang ne s’écoule plus… Peine perdue.

Daryan mourut pour une stupide petite rixe juste pour le plaisir de la provocation entre gangs, dont le montant s‘élevait en tout et pour tout à 73$.

Mourut… Pas tout à fait. Scotty qui aimait beaucoup Daryan malgré son sale caractère savait que sous le vernis de l’infect petit morveux se cachait un jeune homme créatif avec le cœur sur la main. Dans la panique, l’éducateur vampire qui savait depuis longtemps comment créer l’un de ses semblables sans pourtant l’avoir jamais fait sauva le punk in extremis en lui donnant son propre sang, mu par un réflexe, par une impulsion qu’il n’aurait pu réprimer à la vue de ce jeune homme qui avait toute la vie devant lui, et qui lui souriait, la bouche maculée de son propre sang que le punk crachait à cause de ses blessures internes.

Le furet finit à l’hôpital pour qu’on soigne ses blessures, et l’éducateur au conseil de discipline, où il dut justifier son choix de vampiriser un gamin asocial sans revenus. Il se fit mettre à pied pendant un temps, temps pendant lequel Daryan ne manqua pas de le soutenir, une fois sorti de l’hôpital. Le gouvernement fit pression sur le punk pour qu’il stabilise sa situation, en le menaçant de suspendre ses doses de sang artificiel. Mais Daryan sait pertinemment qu’ils ne feront jamais l’erreur de laisser un vampire non contrôlé arpenter les rues de la ville, affamé, prêt à sauter à la gorge de n’importe quel humain pour pouvoir bouffer. Alors il envoie régulièrement chier les agents du gouvernement qui arrivent à le retrouver, ou ceux qui le harcèlent quand il va chercher ses doses.

Depuis quelques années, Daryan de retour dans le monde nocturne de Midnights en bas le pavé en choisissant les quartiers où il squatte histoire de pas se retrouver avec un clébard aux miches ou pire. Il lui est arrivé de se prostituer et il n’en garde pas un souvenir impérissable, voire un certain trauma. Mais quand y a pas le choix hein.

Le fait d’être un vampire n’a rien changé à sa vie. Il a juste une contrainte de plus. Il s’en tape complètement. Punk il est, punk il restera, peu importe le temps qu’il lui reste à vivre.

Évidemment, il a changé de quartier.

Sa famille : Papa, maman Czeslaw. Il ne les a pas revu depuis un moment. Ils sont humains, il est vampire. Il a un temps pensé à leur envoyer une missive pour leur expliquer… Et puis finalement il ne l’a jamais fait. Quelque chose le pousse à penser que leur avouer la nature de sa condition vampirique briserait le dernier brin d’amour qu’ils éprouvent malgré eux pour leur ingrat de fils.


Votre pseudo : Moko
Age : DAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH
Depuis quand joues-tu sur les forums rps ? : Longtemps!
Comment trouves-tu le forum (concept et graphisme) ? : T'as assuré 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathew Klhay
Admin
Admin
avatar

Messages : 606
Date d'inscription : 27/12/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: Daryan Czeslaw, Ze Furet is back in da Place, tavu.   Mar 1 Fév - 18:37

tu es validé mon petit furet. Saleté de gang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blooddiary.jeunforum.com
 
Daryan Czeslaw, Ze Furet is back in da Place, tavu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: L'administration :: Recensement des citoyens :: Civils-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit