Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Clint Meredyth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clint Meredyth
Chanandler Bong
Chanandler Bong
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Clint Meredyth   Jeu 24 Fév - 5:26


Nom : Meredyth
Prénom : Clint
Surnom : "Itt", par sa soeur, à cause de ses cheveux. Cotton stick, à l'occasion. La fouine, ou la belette, pour ses amis… enfin, pour ses camarades. Il n'a pas vraiment d'amis.
Age : 26 ans
Race : Humain
Statut : Cuisinier dans un bistrot un peu miteux
Sexualité : Ambi


Physique : 1m73, 62kg… de mauvaise foi. Ca, c'est Clint. C'est un petit bonhomme tout sec, tout pâle et on comprend au premier coup d'oeil que ce n'est pas un adepte des salles de sport. Ceci dit, il est bon sprinteur. L'habitude de se faire courser, peut-être. Toujours est-il qu'il court vite. Sur de petites distances, certes, mais c'est déjà ça. Pour l'endurance, on repassera.
Plus en détails et bien... on a des pieds fourrés dans de grosses chaussettes usées ou dans des baskets explosées, puis des petites gambettes assez "cure-dentesques", souvent planquées dans un jean large/troué/tâché... elles ne prennent pas souvent l'air les pauvres, à part quand il fait vraiment trop chaud et que Clint décide de mettre un short... m'enfin ce sera jamais assez court pour arriver au dessus du genou. Et il fait rarement trop chaud. Le Clint est un animal des plus frileux. On va donc remonter un peu, passant sur son petit derrière sans s'y attarder puisqu'il n'est pas franchement mis en valeur par ces fringues trop larges. Nous voilà rendus au niveau de la ceinture, enfin, un peu en dessous... Ne vous faites pas d'idées, c'est pour parler de sa façon de porter ses pantalons. Comme ils sont toujours trop larges, ils lui tombent sur les hanches. Il met occasionnellement des ceintures mais ça tombe quand même et on voit en général l'élastique de son boxer ou de son caleçon. Ce n'est pas un détail crucial, mais c'est pour mettre en avant le côté 'négligé' de sa tenue que nous nous sommes arrêtés là-dessus. Poursuivons maintenant en remontant le long de ses hanches et de sa taille bien marquée, pour arriver à son ventre et constater qu'un piercing orne son nombril. Une petite bille grise, sobre, mais en total désaccord avec le personnage qui dit mépriser toute forme de coquetterie. Bref. Nous y reviendrons plus tard. Notez qu'en parcourant ce petit corps, on rencontre fréquemment des bleus, ou des cicatrices qui datent plus ou moins. Que voulez-vous ? Clint est une catastrophe. C'est un poissard, un pur, un dur, infoutu d'évoluer dans l'espace qui l'entoure sans tomber, briser, glisser… Il est donc normal qu'il soit un peu abimé.
Mais reprenons notre ascension pour essayer de distinguer un torse sous les gros pulls qu'il porte constamment. Ce n'est pas chose aisée, il faut l'avouer. Mais encore une fois, Clint est frileux. Ce qu'il avouera moins facilement, c'est qu'il est complexé par son physique de crevette, et extrêmement pudique. Il porte donc surtout des vêtements amples, remontant souvent ses manches pour ne pas être gêné dans ses mouvements. Il ne les remet normalement que quand il est stressé, pour en triturer le bout.
Il n'y a pas grand chose à dire sur ses bras, un peu maigrichons, et sur ses mains, même si certains les trouvent semblables à celles d'une nana. Il arbore une montre et un bout de ficelle noir enroulé autour du poignet pour tout bijou, à ce niveau-là.
Finalement, passé les épaules frêles et toujours plus ou moins voutées suivies d'un cou tout aussi fin, nous voilà devant un visage jamais bien souriant. En effet, Clint a constamment l'air de faire la tronche, ou de préparer un sale coup et quand il essaie de sourire il n'affiche qu'un curieux rictus. Quand il rit… et bien il met une main devant son museau. Difficile de dire si c'est pour cacher le deuxième piercing, celui qu'il a à la langue, ou autre chose. Il a toujours les sourcils froncés, ses paupières ne sont que rarement grandes ouvertes (ça lui donne un air niais, car d'après lui, il a de trop grands yeux), cachant en partie ses iris mordorés. Il a le visage un peu allongé, ou le nez un peu long… enfin, du moins, il y a quelque chose qui lui donne un air de fouine, ce qui lui a valu quelques surnoms plus ou moins flatteurs. Il n'aime pas non plus ses lèvres, charnues mais pales, qui rougissent trop facilement et qui portent une cicatrice (sur la lèvre inférieure, du côté gauche ; un trait blanc discret, témoin de l'une des nombreuses maladresses du jeune homme). Mais ce qui le gêne le plus, ce sont ses oreilles. Elle n'ont rien de spécial, mais il les trouve hideuses. Il parvient tout de même à les cacher sous l'épaisse tignasse brune qu'il a sur la tête. A ce propos, il n'a pas réellement de coiffure. Il coupe une mèche quand elle le gêne trop, alors il est difficile de déterminer la longueur de la chevelure dans son ensemble. Plus jeune, il avait sans arrêt les cheveux devant les yeux, et cela lui a valu le surnom de Itt, du cousin Itt dans la Famille Addams.
En bref, Clint est un petit mec à l'air méprisant, tout en hargne, et négligé. Un vrai bonheur, quoi.


Caractère : Tout d'abord, il faut savoir que Clint n'a pas fini de grandir. Moralement, j'entends. Il est bourré de contradictions qui l'énervent et qui ont tendance à lui apporter des ennuis. La principale étant qu'il ne supporte pas d'être seul mais qu'il se comporte comme un asocial de base et fait tout pour éloigner les gens. C'est pourquoi, si vous l'intéressez ou s'il vous veut quelque chose, il vous cherchera des noises au lieu de vous le dire ou de vous ignorer. Ceci dit, si vous l'agacez vraiment (et ce n'est pas difficile), il pourra feindre de vous ignorer. Oui, il prend vite la mouche, en plus. Souvent parce que le pousser dans ses derniers retranchements ou lui mettre les contradictions dont je parlais plus tôt sous le nez le rend dingue. Et dans ces cas-là, au lieu de s'écraser, il fait preuve d'une mauvaise foi à toute épreuve. Une vraie tête à claques. Parce qu'il est terriblement fier et ne supporte pas d'avoir tort. Il a besoin d'avoir l'impression de tout maitriser. Cependant malgré cette fierté parfois -souvent- déplacée, il est très complexé, autant par son physique que par sa façon d'agir. Beaucoup de ses colères viennent de là. S'il vous boude (car même s'il ne l'admet pas, il boude énormément), c'est souvent après lui-même qu'il est en colère. Mais il faudra le deviner car il n'ira jamais vous l'avouer.

Vous l'avez sûrement compris après ce paragraphe chaotique, c'est le bordel dans la tête de Clint. Mais rassurez-vous, même ceux qui le comprennent le mieux ne parviennent pas à le maîtriser. Il y a plusieurs raisons à cela :
- Il se présente comme un petit je-sais-tout donneur de leçon… alors qu'il ne suit même pas ses propres "conseils", et que s'il donne toujours un avis très arrêté sur tout, il n'est pas si cultivé, ne cherche pas à l'être et a tendance à changer d'opinion en fonction de ce que vous direz (il cherchera la plupart du temps à affirmer le contraire).
- Il fait le mec "au dessus de ça", très méprisant de tout ce qu'il juge futile, puéril… alors qu'il a un paquet de principes un peu dépassés, qu'il a un côté superstitieux, qu'il boude comme une adolescente, qu'il est capable d'être jaloux, qu'il porte une certaine attention à son apparence à travers tous ses complexes plus ou moins ridicules…
- Il se la joue cynique désabusé au langage très franc, je m'en foutiste sur les bords alors qu'il est terriblement pudique, que dès qu'on aborde un sujet qui le gêne, il se braque et rougit, qu'il a horreur d'attirer l'attention -surtout en public-, et qu'il ment beaucoup, que ce soit parce que ça l'arrange sur le moment ou parce que ça l'amuse, tout simplement.
- Enfin, si vous parvenez à prévoir certaines de ses réactions car vous pensez savoir ce qui l'énerve, sachez que vous ne serez jamais au bout de vos surprises. Avec Clint, c'est un pas en avant, deux en arrière. Ce qu'il approuve un jour est la pire des choses le lendemain, et ce qu'il méprise le plus peut être toléré dans un contexte différent. Il y a bien sûrs quelques points sur lesquels il ne change pas d'avis, mais ils sont rares : dès qu'on parle de son physique, il est gêné. Quand on parle d'histoires sentimentales, il s'en fout… etc. Il n'est pas facile à suivre, c'est un vrai casse-tête. Avis aux amateurs.

Voici quand même quelques tuyaux sur ce qu'il aime, en général et sur ce qu'il ne supporte pas. Si vous voulez l'énerver, il n'y a qu'à le traiter d'immature d'une façon ou d'une autre. Le dédain est son arme fétiche, il déteste qu'on l'utilise sur lui. De même, pour sa mauvaise foi : si vous lui démontrez qu'il se contredit, il va s'énerver. Si vous essayez d'être trop gentil avec lui, ça va l'agacer et même s'il le regrettera sûrement, il y a de grandes chances pour qu'il vous envoie paître. Ce qu'il aime, c'est les gens intéressants, qui lui tiennent tête quand même, bien que ça l'énerve… Il déteste les carpettes ou les gens trop "faibles". Il apprécie les prises de bec tant que ça reste dans des sujets neutres ou concernant l'autre.

De façon plus terre-à-terre et en vrac, il aime les fruits confits, le caramel, les longues douches bouillantes, la télévision, tout ce qui est doux et confortable, les films d'horreurs et les films à l'eau de rose (oui, il ne l'avouera pas, mais il adore ça). Il a passé des soirées la lumière allumée parce qu'il s'était fait peur tout seul. Et pour les navets sentimentaux, ça le blase, mais il aime bien, il ne sait pas vraiment pourquoi. Il aime les mauvaises blagues quand il n'en est pas victime. Il aime aussi écouter les conversations des gens et se moquer dans son coin. C'est une mauvaise langue. D'ailleurs, il aime se moquer tout court. Pour les vêtements, c'est pareil : il se fiche de tous ceux qui font un effort, qui portent des bijoux, etc, peu importe leur style, clamant qu'il trouve ça frivole ; mais il a lui-même deux piercings : une boule argentée au nombril et une à la langue. Et son accoutrement peu travaillé s'explique par la crainte de se planter. Il préfère, comme dans tous les domaines, ne rien faire plutôt que de tenter quelque chose qui se soldera peut-être par un échec.
A ce propos, c'est pour ça qu'il travaille dans un resto un peu minable et qu'il n'aime pas son job : il n'ose pas chercher ce qui lui plait vraiment. Il garde donc cet emploi qui devait être provisoire depuis des années déjà et s'en plaint régulièrement. Il a été écrivain, aussi, et a eu du succès, mais dans un domaine qui ne lui plaisait pas alors il a juste arrêté. C'est quelque chose qu'il essaie de cacher, il n'en est vraiment pas fier.

Une autre chose à savoir : c'est quelqu'un de très phobique. Il a un tas de peurs pas très graves mais qui lui compliquent l'existence. Il a peur du noir. Bon, il peut vivre avec, mais il suffit qu'il soit un peu angoissé et il ne peut plus dormir sans "veilleuse". Il a peur des chiens, des insectes, de perdre ses dents, d'éternuer les yeux ouverts, de manger un fruit sans l'avoir ouvert au préalable (on sait jamais, si y'a des bêtes), de vieillir, de se retrouver vraiment tout seul (mais ça, il n'en est pas réellement conscient)… bref, d'un million de petites choses. Mais ce qui lui fait le plus peur, de loin, c'est les vampires. Il en a une vision assez monstrueuse et ne les considère pas comme des humains comme les autres.
Que dire encore sur ce curieux personnage ? Bien des choses, certes, mais je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous-même, brossant un dernier trait de caractère pour la route : Clint est bordélique et maniaque à la fois. C'est un paresseux fini, il ne range presque jamais chez lui, et a toujours cette attitude un peu brouillonne… mais niveau propreté, hygiène, il est insupportable. Il prend deux douches par jours minimum, se balade avec une brosse à dents dans son sac, vérifie constamment que ses ongles sont nickelles… maniaque, quoi.

Goût du sang : "Mon sang a un goût de sang, point." C'est ce qu'il vous dira sûrement si vous lui posez la question. Le monde des vampires (qu'il considère très à part du sien), ne le concerne pas, il ne veut pas en entendre parler. Les saveurs un peu amères qu'un vampire pourrait reconnaitre en le "goûtant" ne l'intéressent pas. Pour lui, il a juste une odeur et un goût métalliques, comme du sang normal, du point de vue d'un humain. Du point de vue d'un vampire ou d'un dhampire, le sang de Clint aura une amertume semblable à celle du café ou du chocolat très noir. Sans avoir véritablement le goût de ces aliments, il a le même caractère spécial, pas toujours apprécié mais presque addictif quand on l'aime. Ce curieux arôme est bien présent mais pas si fort car tempéré par un parfum un peu doux, sans être sucré pour autant. Suivant ses humeurs et ses consommations, l'une ou l'autre de ces saveurs se fera plus présente.

Autres : Il tourne systématiquement la clef du mauvais sens dans la serrure.
Il a un bout de ficelle avec trois perles en bois accroché à son portable. Pas de réelle signification. C'est juste le cadeau d'une ancienne copine, et il ne l'a pas enlevé. Il joue avec quand ce qu'on lui raconte au téléphone ne l'intéresse pas.
Il fume beaucoup.
C'est un migraineux, ce qui n'arrange rien à sa nature grincheuse.
Il ne se bat pas, mais le moindre objet -pas trop lourd- peut devenir une arme entre ses mains… c'est un adepte de la solution pratique du projectile improvisé.



Son passé :

- Et pour Stan… pour Stan, c'est bizarre, tu vois, il est toujours hyper sympa mais je sais pas ce qu'il cherche. Au final, je voudrais que les choses avancent avec lui…
- Ben avance…
- Oui, mais tu vois, il est toujours là à me dire que je suis belle, et sympa, mais ça a pas l'air d'aller plus loin, et je veux pas me prendre un vent.
- … ben arrête…
- Cliiiint, fais un effort, tu m'aides pas…
- Qu'est-ce que tu veux que je te dise, aussi. Je sais même pas qui est Sam.
- Stan.
- Ouais.
- …T'es vraiment le pire ami gay qu'une fille puisse avoir.
- Peut-être parce que je ne suis ni gay, ni ton ami.
- … T'es pas gay ?
- Nan.
- Sérieux ?
- …
- Mais je t'ai jamais vu avec une fille !
- Bah… Lili Boyle ?
- Tu rigoles ? C'est pas une fille, c'est une chose.
- C'était ton amie, non ?
- "Etait", oui.
- Alors même les filles te fuient ?
- Des fois, je voudrais te jeter à la rue.
- Crie pas. Et tu peux pas, sinon tu serais encore plus seule et puis je le dirais à maman, grande soeur adorée.
- Haha, c'est ça. C'est moi qui vais l'appeler et c'est elle qui te jettera dehors. Encore.
- Sorcière.
- Morveux.


C'était une prise de tête gentillette, comme on en avait tout le temps, et tout ça, c'était des mots en l'air… Du moins je crois. Bref, en tout cas, elle a fini par le faire. Me mettre à la porte, je veux dire. Elle a fini par se rendre compte que ça craignait d'habiter avec son frère quand on a la trentaine. Décidément, j'ai un problème avec les femmes dans cette famille. J'espère que ça se passera mieux avec mon nouveau coloc'.

Hm… d'ailleurs, voyons ce que dit le billet. Purée, ce que je peux détester les aéroports… C'est le bordel. Et puis je comprends rien à ce qu'il y a écrit sur ce foutu bout de papier. J'ai pas envie de demander des renseignements à la sombre idiote qui me regarde depuis tout à l'heure derrière ses longs cils blindés de mascara discount. On dirait une barbie psychopathe avec son sourire figé et son uniforme de pétasse de l'air. D'un autre côté, si je trouve pas, je serai pas dans le prochain vol pour Midnight et le frangin va péter une durite…
Oui, bon, j'aurais pu chercher un appart pour moi, tranquille, mais Karen, après m'avoir foutu dehors, a du s'empresser de tout raconter à notre frère qui lui-même m'a de suite proposé d'aller chez lui. J'ai des airs d'assisté ou quoi ? Bof, de toutes façons, ça m'arrange, j'ai vraiment plus un rond. C'est sûrement pour ça aussi que ma soeurette adorée veut plus de moi. J'ai pas de vrai métier. Auteur, c'est bien joli, mais ça paie pas tout le temps. Et puis même, je suis un "panier percé", d'après elle. N'empêche qu'elle adorait mes bouquins, cette mégère. Comme un paquet de bonne femmes, d'ailleurs. C'est vrai, j'ai eu pas mal de succès avec les torchons que j'ai pondu ! J'écris des trucs à l'eau de rose déguisés, plus ou moins, en polars. La gloire, quoi. Enfin, quand je dis "j'écris", j'entend "j'écrivais". parce que c'est fini, ça. J'en ai marre. Fallait bien que ça me prenne la tête un jour ou l'autre. J'ai bazardé les bouquins dans un carton, avec les récompenses qu'ils ont gagné et tout ce qui y est rattaché. Je passe à autre chose. Et donc j'emménage chez mon frère…

- S'il vous plait, je vais où, là… j'ai du mal à comprendre.
- C'est la première fois que vous prenez l'avion ? demande gentiment l'hôtesse au mascara.
- Euh… non… mais vous voulez pas plutôt répondre aux questions qu'on vous pose ? Ce serait bien plus agréable pour nous deux, croyez moi… raille Clint, remontant la bandoulière de son sac sur son épaule.
- … Bien sûr. réplique la jeune femme, pinçant un peu les lèvres, avant de lui indiquer la direction à prendre.


Génial, je sais où je vais. Bon, j'envoie un texto à mon cher frère, histoire de lui dire que je ne suis pas mort et que j'arrive à l'heure prévue. Sinon je vais en avoir pour six ans à écouter ses pleurnicheries. De toutes façons, il trouvera bien un autre moyen de me prendre la tête. Il voudra surement savoir ce qui s'est passé avec Karen, d'ailleurs.
Mais qu'est-ce que je peux dire ? C'est comme avec maman, elle en a juste eu assez. Sauf qu'en vérité, pour la mère, elle ne m'a pas vraiment mis à la porte. Je suis parti et elle m'a interdit de revenir. C'est pas plus mal, finalement, j'aurais jamais pu continuer à vivre avec elle,son attitude de femme de dentiste et son dentiste… Oui, parce qu'elle est comme ça ma mère, elle change en fonction du mec avec qui elle est.
Ca a commencé avec Gordon. C'était à Detroit. Elle venait de quitter la famille, la grande famille des Lowers. Et oui, j'ai du sang de richard, moi. Mais bon, les hôtels Lowers, les millions de dollars, les résidences de vacances, tout ça, c'est surfait, et ma mère, elle a préféré Detroit avec son beau rockeur. Quitte à se faire déshériter. Bon, ça a duré 6 mois.
Finalement, il faisait rien de sa vie et elle s'est jetée dans les bras de l'un de ses amis, Trent, qui avait toujours eu un faible pour elle. Elle était enceinte de Karen et elle se voyait pas l'élever toute seule. Bon, je sais, le pauvre type passe pour un bouche-trou… mais faut être honnête, c'était un peu ça. N'empêche que ce bouche-trou, ben c'est notre père, à mon grand frère et à moi. C'est un type pas très stable dans le fond, mais du coup il allait bien avec ma mère. Il avait un boulot sérieux, dans la police et il avait l'air de pouvoir mettre de l'ordre dans sa vie. C'est quelqu'un de sévère, de sûr de lui, sur qui on peut se reposer, apparemment… sauf qu'au fur et à mesure, on a découvert que c'était un mec un peu violent quand quelque chose n'allait pas dans son sens. Je vous dis pas les engueulades avec Karen quand elle a atteint l'âge ingrat de l'adolescence. Il battait personne, mais il allait un peu loin, parfois. Enfin, c'est la relation la plus longue que ma mère ait eu. Ca s'est fini parce qu'elle a commencé à nous défendre. Et qu'il faut dire, on a tous des caractères pourris dans la famille, donc on se laissait pas faire et il en a eu marre.
C'est là que c'est devenu vraiment critique. Maman a un peu pété un câble. Elle supporte pas d'être seule, donc en plus, avec trois gosses plus ou moins infernaux, imaginez… Elle a bu, elle a essayé le yoga et les trucs dans ce gout-là pour trouver le sens de la vie, elle a eu une période sous vallium, aussi… bref, elle a fait un peu n'importe quoi. Mais bon, on s'occupait les uns des autres et ça se passait plutôt bien. Jusqu'à ce que notre mère nous ramène Harry, son dentiste. Harry, il est gentil, il a deux gamines un peu plus jeunes que moi, il a une jolie maisonnette (rien à voir avec notre baraque constamment en bordel)… bref, le rêve. Là, ma mère s'est dit "Susan", c'est son prénom, "Susan, il est temps de reprendre ta vie en main". Et depuis, elle se la joue femme au foyer parfaite. Sauf que nous, ben on a pas été élevés comme ça. Donc on s'est plus ou moins bien adaptés. Karen est partie tôt, elle devait avoir 20 ans. Et on a du déménager pour le boulot de Harry. Ce serait l'occasion de prendre un nouveau départ. Sauf que vous savez ce qu'il y a de pire qu'habiter à Detroit ? Habiter à Stockton, Californie. Et c'est là qu'on est allés. Ah ça, l'immobilier y est pas cher… Sérieusement, c'est LA ville la plus pourrie des Etats Unis. Je rigole pas. Y'a de quoi se tirer une balle, je vous assure.
Ca a été le tour de mon frère de s'en aller, pour ses études. Puis moi, quelques mois plus tard. Seul avec la petite famille parfaite, ben je faisais tâche. Mon départ a été un peu plus mouvementé que celui des deux autres mais ça s'est fait. J'avais 18 ans, et pas de diplôme. C'est comme ça que je me suis retrouvé chez ma soeur, qui déjà à 24 ans faisait fuir les mecs. Caractère trop affirmé, dit-elle…
Je me suis mis à écrire. Je savais rien faire d'autre. Ca a bien marché. Mais vous le savez, ça m'a pris la tête et après 6 ans, ben voilà où j'en suis. A embarquer pour Midnight.
Tiens, mon téléphone sonne. C'est un texto de mon frère… " Cool! C le gd saut p'tit frère, j'espère ke tu regretteras pa… ya pas de nana ici lol "
Bon sang, ça fait toujours mal aux yeux. S'il me "lol" encore une fois, je retourne chez Karen. Et il est con, il sait très bien que les filles ça m'intéresse pas. J'ai tenté, plus jeune, mais ça a jamais été terrible. Ma mère et mon hystérique de soeur m'ont peut-être vacciné contre la gent féminine. De toutes façons, je suis très bien tout seul. Je me vois vraiment pas en couple. En tout cas c'est le dernier de mes soucis. Pour l'instant, je prends l'avion, je m'installe et je cherche un boulot.

--- 1 an après ---

- Clint, écoute…
- Non purée, tu te rends compte de ce que tu dis ??
- C'est pas un drame…
- Ah tu trouves, toi ?!
- Clint, je sais ce que maman a toujours dit sur les vampires, mais c'est à cause de papa…
- "Papa" ?
- Oui, bon, Trent. Tu connais son caractère, tu sais qu'il était déjà pas très ouvert d'esprit, mais en plus avec cette histoire, les vampires, c'est devenu le mal incarné… Faut pas que tu t'arrêtes à ça…
- Mais laisse les parents en dehors de ça ! Ces… ces… ils sont comme des bêtes, et dangereux et…
- Clint ! Fais gaffe à ce que tu dis !
- … Bon, de toutes façons, je dois aller bosser.


Je sors de l'appart. J'arrive pas à y croire. Mon frère. Le type dont je suis le plus proche… c'est pas mon frère. Et le plus fort, c'est que c'est même pas un humain. Apparemment, ma mère a eu une aventure au début de son histoire avec mon père. Avec un vampire. Je suis dégoutté. Un vampire c'est mort, c'est une bête, ça boit le sang des gens, c'est… pas humain, quoi. C'est malsain et ça donne… ça donne ça : un dhampire.
Je préfère plus y penser.
Je vois déjà le resto où je fais la cuisine, au coin de la rue. Bon sang, j'ai pris le métro et fait toute la route sans m'en rendre compte. Tout ça pour aller travailler dans un bouge immonde où personne sourit et où la bouffe est dégueu (je le sais, c'est moi qui la prépare). Je peux pas m'empêcher de soupirer. Allez, c'est un boulot provisoire… je trouverai autre chose, un de ces quatre.

--- Encore 1 an plus tard ---

- Clint ?
- Hm ?
- Je vais manger, entre pas dans la cuisine…
- Hmpf… ok…


Je ferme la porte de ma chambre. J'ai pas envie de voir mon frère boire du sang. J'ai bien voulu accepter ce qu'il est, c'est vraiment pas sa faute et tout, mais bon.
Je reviens vers l'écran de mon pc. Je m'en sors vraiment pas. J'écris un peu, pour tromper l'ennui. Mais rien de transcendant. De toutes façons, avec mon boulot au resto, j'aurais pas le temps…

Sa famille :
- Trent Meredyth, son père, policier à Detroit.
- Susan Lowers, sa mère, re-mariée à Harry Boyle qui a deux filles.
- Karen, sa demi-soeur, de 6 ans son aînée.
- Son demi-frère, qui a 2 ans de plus que lui.

Trent n'avait plus vraiment de famille, ou alors à l'autre bout des Etats Unis. Clint n'a vu sa grand mère qu'une ou deux fois. Et du côté de Susan, les ponts sont coupés depuis bien longtemps.


Votre pseudo : Tang
Age : 21 ans
Depuis quand joues-tu sur les forums rps ? : Euh… longtemps, avec une longue pause. Haha
Comment trouves-tu le forum (concept et graphisme) ? : Pour le graphisme, il est juste assez sobre, et classe. Et pour le concept, enfin une bonne histoire de vampires lol (tu connais mon avis dessus, Ô grande Admin. XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathew Klhay
Admin
Admin
avatar

Messages : 606
Date d'inscription : 27/12/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: Clint Meredyth   Jeu 24 Fév - 22:18

J'aime beaucoup ma poulette x)

Je valide, amuses toi bien huhu o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blooddiary.jeunforum.com
 
Clint Meredyth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Vas-y, fais moi plaisir..." Clint Eastwood
» Clint Barton | | Do you know what it's like to be unmade ?
» you didn't see that coming ? • ft. clint.
» O'byrne amocher!
» Soirée huit ∞ l'amour au cinéma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: L'administration :: Recensement des citoyens :: Civils-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Fantastique - autres