Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Magnus Björn - le déserteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnus Björn
Barren ground
Barren ground
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 04/02/2011

MessageSujet: Magnus Björn - le déserteur   Mer 2 Mar - 0:20


Barren Ground
- terre stérile -

Nom : Björn
Prénom : Magnus
Age : 25 ans mais paraît étrangement plus vieux pour un type de sa race
Race : dhampire
Statut : déserteur
Sexualité :
    On ne peut pas vraiment dire que Magnus est un dominant… Mais il n’est pas vraiment dominé non plus. Pourtant, on ne peut pas dire de lui qu’il est autoreverse tout simplement parce qu’il n’a jamais testé ni l’un, ni l’autre. Ce n’est pas qu’il est ce genre de pucelle effarouchée qui ne couche qu’après le mariage ou qu’il est trop craintif pour sauter le pas, c’est juste qu’il n’a encore jamais rencontré personne pour s’aventurer dans ce genre de contrées.
    Pour lui, le sexe c’est comme la mort : une grande inconnue qui ne demande qu’à se faire connaître…



Physique :
    Il ne faut pas se fier à son sourire avenant, ni à ses yeux améthystes. Encore moins à ses larges épaules calibrées pour être protectrices et à ses grandes mains de pianiste. Il ne faut regarder que ce qui se cache sous ses vêtements que l’on devine déjà trop grands, trop amples pour lui. Il ne faut s’attarder que sur la ligne de son cou, trop frêle, que sur ses mèches de cheveux bruns, trop fourchues, que sur ses sourcils légèrement froncés, que sur ses joues un peu creuses et toujours blafardes, où quelques jeunes poils semblent avoir poussés un matin sans jamais avoir été rasés. Que sur son visage carré aux traits tirés, ridulés, travaillés par une vie qui n’a rien d’un compte de fée.
    Magnus a 25 ans et en tant que dhampire, il devrait en paraît un peu moins. Et pourtant, c’est l’inverse qui s’opère alors que mentalement il a prit de nombreuses années en quelques mois. Son corps a dut s’adapter à un nouveau rythme de vie et a dut se transformer pour s’acclimater aux nouvelles pressions, aux changements d’habitudes… Passer presque du jour au lendemain d’une vie confortable sans aucune peine à une vie chaotique, anarchique, au temps de repos écourté et aux efforts tant physiques que mentaux éreintants.
    Son esprit s’est forgé, son corps s’est endurcit pour le supporter. Mais pas au sens où ses muscles se sont développés et ses os durcis. C’est le cas, oui, dans un sens forcément… Pourtant ce n’est pas la première chose qui saute aux yeux une fois qu’il a retiré ses habits trop grands et fermé ses yeux trop brillants. Parce que c’est la seule once de vie qui lui reste : la lueur crépitante de ses yeux violets… Parce qu’une fois le tissu retiré, ce n’est qu’un squelette d’un mètre quatre-vingt-cinq entiché d’une enveloppe de peau bardés de muscles peut-être puissants mais pas très épais qui nous fait face.
    Qu’une enveloppe mortuaire qui n’a de vivant que ces deux yeux qui vous fixent comme un animal sauvage qui attend juste le bon moment pour fuir. Parce que Magnus n’est pas un prédateur. Parce qu’il a tout du lapin aux puissants muscles de coureur. Parce que son regard qui vous sonde et ce sourire qui ne veut rien dire plaqué sur son visage ont ceci de fascinant qu’ils vous figent un moment, juste le temps pour permettre à Magnus de fuir aussi loin que ses jambes le porteront. Et alors, sa gigantesque carcasse filera plus vite que le vent, plus agile qu’un chat, plus rapide qu’une antilope, plus fuyante que l’eau entre vos mains.
    Et pourtant, il est tellement beau Magnus… Il semble si joyeux Magnus… Il a l’air si gentil Magnus… Il aurait put être mannequin Magnus. Il aurait put devenir un grand homme Magnus. Si seulement il était un peu plus vivant Magnus…


Caractère :

Magnus fais-ci ! Magnus fais-ça ! Magnus viens ici ! Magnus va par là !
Putain ! J’t’en foutrais moi des ordres ! Mais, c’est fini Maman... Oh oui, c’est bel est bien finit... Ton adorable petit bébé, il est mort depuis le jour où tu n’as plus été capable de le protéger. L’as-tu jamais été ? Je ne le sais même pas... Tu aurais dû t’affoler le jour où je n’ai plus sut rire. Tu aurais dû réagir lorsque j’ai commencé à revenir la gueule ensanglantée... Mais non, tu es restée dans ta tour de verre, chantant toute la journée en faisant le ménage, en attendant sagement le retour de ton fidèle époux et ton fils prodige...
Prodige, moi ? C’est ce que vous aviez voulut me faire croire, c’est ce que je n’ai jamais été... Le sauveur des dhampires ? Foutaises ! Notre race est la pire de toute, celle dont tous se moquent, celle qui n’aurait jamais dû voir le jour... L’union entre les forts vampires et les ingénieux humains... ? Grosse blague... Une simple bombe prête à exploser... Pour le pire. Oh oui... !
A cause de toi, à cause de Papa, je ne sais plus rire... Je déteste le soleil sur ma peau, je haie la nuit et ses bruits... Mais ce que j’exècre par-dessus tout c’est cette vie que vous m’avez donnée. Que vous m’avez obligée à supporter ! Je n’ai plus d’ordres à recevoir de toi Maman... Ni de personne d’autre d’ailleurs... J’ai passé trop d’année à subir les conséquences de cette vie d’humiliation. Oui, tu m’as humilié Maman...
Tu m’as pétri de honte. Tu m’as façonné avec une terre que je ne saurais aimer. Tu t’es trompée Maman. Tu t’es trompé Papa... Vos idéaux ne verront jamais le jour. Vous vous roulerez dans la terre, vous vous noierez dans votre propre sang. Ce sang impie qui coule dans mes veines, je n’en veux plus... Je n’en ai jamais voulut. Je vous le rends.
Je ne suis plus que haine, que colère. Ni mort ni vivant, mon monde n’est pas ici... Il est bien ailleurs et je sais par quel moyen y accéder.
Je vais mourir Maman. Laisser mon corps se dissoudre avec la terre...



Goût du sang :
    On pourrait croire à premier vue, devant ce physique de jeune premier que Magnus a un sang au goût subtil, peut-être quelque chose tirant sur l’anisé, ou le réglisse… Ou une saveur tout aussi commune que délectable comme du lait frai ou un jus de pèche. Peut-être encore, un goût de crème anglaise chipée à même la casserole, encore chaude et titillant délicieusement le palais du chapardeur… Mieux encore, l’acidité d’un citron bien sucré, l’originalité d’un bonbon tutti frutti, l’innocence d’un chewing-gum… Pourtant il n’en est rien et son sang aussi rouge soit-il a le goût de terre.
    Le goût passablement infect d’une terre stérile et aride. D’une terre où plus jamais rien ne semble pouvoir y pousser de nouveau. Parce qu’il y a jadis poussé quelque chose sur cette terre, et elle avait alors le goût de l’herbe fraîchement coupée, des innombrables fleurs qui la parsemait, de la rosée du matin, des rayons de soleil… Le sang de Magnus avait ce goût indescriptible de la liberté.
    Mais ce goût a disparut le jour même où Magnus avait comprit qu’il était dans une cage.

Autres :
    A la base de son cou, juste au dessus de sa clavicule droite, deux cicatrices très marquées. Une morsure de vampire qui ne pourra jamais plus s’effacer alors que le jeune adulte a été mordu plusieurs fois par jours pendant de nombreuses années en punition de ses fugues continuelles. Étrangement, il en est fier, comme la preuve de son émancipation.



Dernière édition par Magnus Björn le Mer 13 Avr - 22:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Björn
Barren ground
Barren ground
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 04/02/2011

MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   Mer 2 Mar - 0:27


Son passé :
Ca y est.
J’ai réussit.
Je suis libre… !
    Il fait trop sombre. Fait-il nuit ? Aucune idée, il n’y a pas de fenêtre dans la pièce, juste une petite loupiotte qui tremble. Une ombre se terre dans l’obscurité alors que sur un grand lit une femme serre dans ses bras un monceau de linge blanc. La lampe est juste assez forte pour éclairer son visage d’une blancheur éclatante.
    On entend quelques babillement, la femme sourit et malgré la peine-ombre, on peut voir très clairement une main encore plus blanche, à la limite du gris, presser doucement son bras.

    - Magnus.

    C’est donc ainsi que se prénomme la chose rosée qui gigote ? C’est donc un petit garçon… Et le sourire aux canines proéminentes atteste de l’heureux événement…
    On est en 1988, quelque part dans les bas fonds de Midnight où grouille une foule qui grossit de jour en jour. Où s’amoncelle la plus forte population de vampire du monde entier… Où co-habitent des suceurs de sang de toutes races. C’est ici, dans la moiteur de ce quartier jamais ensoleillé que vivent Aldrick et Elke Björn. C’est après avoir été banni de leur propre pays que les deux âmes déjà maudites se sont réfugiées pour enfin vivre leur amour au grand jour.
    Pourtant, ce n’était pas sans certains quolibets que les deux amants étalent leur vie privée aux yeux de tous.
    Dans cette ville où ils pensaient être enfin libre, ce pourquoi ils ont été banni est presque aussi fort qu’au sein de leur famille. Ce racisme insidieux et murmuré à bas bruit qui signe un dégoût prononcé pour ces êtres ni tout à fait vampires, ni tout à fait humains.
    Ces êtres pas vraiment vivants mais pas mort non plus que l’ont nomme dhampires et qui sont le fruit d’une union entre un humain et un vampire. Des métisses… Des créatures qui ne sont ni du jour ni de la nuit. Qui évoluent par tous les temps mais qui n’ont aucune place définie.
J’ai froid mais pourtant ça bout en moi…
Il faut que je trouve une cachette plus sûre.
Le besoin de sang commence à se faire sentir.
    Aldrick Ulrich fut vampirisé en l’an 1934 alors qu’il venait d’atteindre ses 21 ans. Son corps d’humain, alors dans la fleur de l’âge se vit figé dans son développement. Seule sa peau subit une légère transformation alors qu’il affichait dès lors un visage extrêmement pâle lui qui aimait pourtant la chaleur du soleil.
    En quelques heures, il devînt un être de la nuit qui ne pourrait plus jamais profiter de la lumière naturelle comme avant… Mais, c’était une concession qu’il était prêt à faire alors que parmi tous ceux qui avaient été nominés, c’est lui qui avait été choisit. Choisit pour intégrer la prestigieuse famille Björn, la plus importante fratrie de vampire de Suède…
    La naissance de ce clan remonte à l’apparition des vampires en ce pays où il fait nuit plus de six mois par an. Le chef de ce clan, Wulfrick Björn appartenait à une grande famille noble de ce pays. Il vit le jour un matin de mai 1727 et, alors que son père l’avait envoyé en France pour y faire ses études, le jeune homme avait été mordu au détour d’une soirée de débauche et de luxure comme il y en avait à la cour royale en ce temps là. Lorsqu’il revînt en Suède, il fut accueillit comme un dieu alors qu’il était le tout premier vampire du pays. Etrange fascination qu’avaient les gens de ce pays pour ces êtres de la nuit… Il fut sans dire que cette célébrité, cette adulation lui monta très vite à la tête lui qui faisait déjà partie d’une famille très puissante.
    C’est en 1748 que naquit le clan Björn alors qu’il s’unit avec une femme du nom d’Alwinne en la vampirisant. En cette année là, il parcourut la Suède avec sa compagne, emmenant avec lui tous ceux qu’il déclarait digne de devenir vampire. Il allait sans dire, que tous ceux qui avaient l’honneur de subir sa morsure étaient tous issus de famille réputée… Le clan s’agrandit rapidement et en l’espace de deux ans, il ne comptait pas moins de 200 vampires qu’il posta aux quatre coins du pays comme représentant du clan Björn avec la tâche de recruter d’autres vampires mais surtout de veiller à ce que la loi imposée soit respectée. Et la plus importante de toute était celle du calice.
    Peut-être était-ce le fait qu’il ai vécu dans une grande famille qui a pu l’envoyer dans un autre pays et ainsi ouvrir son esprit qui a fait que Wulfrick gardait une certaine part d’humanité mais… Il était établit qu’aucun vampire n’avait le droit de tuer un humain autre que pour en faire un vampire. Certes, ils devaient se nourrir de sang humain pour survivre mais il leur était interdit de les tuer. Et puisqu’il avait été préalablement établit que seul les plus dignes avait le droit d’être vampirisé, la loi du calice fut la deuxième règle à suivre.
    Chaque vampire avait, dès sa transformation, à disposition trois humains qui étaient alors à son service mais qui lui servait aussi de garde-manger. Le vampire buvait leur sang mais ne les tuait pas et alternait chaque succion. Lorsqu’un de ses humains finissait par mourir, de vieillesse bien évidement, il était remplacé par un autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que le vampire lui-même retourne à la poussière.
    Ces deux lois ancestrales furent respectées à la lettre pendant de très, très nombreuses années… Mais, il serait utopique de dire que cette idylle perdura jusqu’à la fin des temps… Parce que Wulfrick n’était pas immortel et vînt le jour où il dût rendre le peu de vie qui lui restait. On est en 1938, le clan compte près de 500 vampires et un nouveau chef est proclamé.
    Cet homme, répondant au nom d’Aldwayn, va presque entièrement réformer le clan. En bon, comme en mauvais…
    Depuis cette année là, les humains ne furent plus jamais respectés. Certes, ils n’étaient pas tués mais ils furent traités plus comme des esclaves que comme des serviteurs et leur race n’avait plus du tout le même crédit que du temps d’Aldrick.
    Méprisés, traités de haut, aucun des humains au service d’un vampire n’eurent plus le droit à l’erreur.
Je crois que le jour pointe.
Ou bien la nuit est en train de tomber…
Je perds la notion du temps.
    Outre le fait que les humains n’étaient plus traités que comme bétail, le nouveau chef de clan avait instauré de nouvelles règles. Et la première fut bien évidemment l’interdiction stricte et formelle de s’unir avec un humain…
    Les jours qui suivirent l’instauration de cette nouvelle règle furent surnommés « Blodig », les « sanglants »… Pour faire court, Aldwayn avait mis en place une chasse aux dhampires. Ces êtres nés de l’union d’un vampire et d’un humain furent chasser jusqu’au dernier et pour les plus téméraires, la mort fut leur rédemption. Seuls devaient subsister les vampires de sang pur. Ceux qui avaient été mordu… Ainsi, la lignée des vampires de Suède ne devait plus s’étendre que par la noble cérémonie de la vampirisation. Alors que la première règle de Wulfrick Björn, celle qui dit que seuls les suédois de sang nobles pouvaient recevoir la grâce d’être transformé en vampire avait été abolie au profit de l’expansion du clan, Aldwayn l’avait remise au goût du jour.
    Lors du règne de Wulfrick, ce dernier avait abolie cette règle car il s’était aperçut que certains humains, même s’ils n’étaient pas noble de sang, avaient les caractéristiques adéquates pour faire un bon vampire. Il l’avait donc abrogée en 1754 et le clan avait ainsi prospéré, accueillant en son sein de petites gens dont les idées nouvelles avaient fait énormément avancer les choses et raffermit l’esprit familial du clan. C’était sans compter les dhampires qui ont commencé à apparaître à cette même époque. Mais Wulfrick n’était plus et Aldwayn avait posé un étau autour du clan, avilissant à sa solde les meilleurs des vampires.
    A peine un mois après son avènement, le clan s’était considérablement rétréci. On ne comptait pas plus d’une centaine de vampires dans tout le pays. Pourquoi si peu ? Parce qu’il ne faut pas oublier que les vampires gardent leurs sentiments humains, et qu’un grand nombre se sont révoltés à l’arrivée d’Aldwayn au pouvoir… Beaucoup d’entre eux perdirent la vie en même temps que l’humain ou le dhampire qu’ils aimaient… D’autres réussir à s’enfuir, amenant les leurs avec eux.
    De plus de 500 êtres, le clan est passé à moins d’une centaine. Autant dire que l’empire vampiresque de Suède s’était considérablement affaibli. Mais évidemment, jamais Aldwayn ne le laissa paraître… Lui qui était devenu un vampire, mordu par Wulfrick lui-même, avait joué un double jeu depuis le début. Il resta donc le fin manipulateur qu’il avait toujours été et, du haut de ses 90 ans, il connaissait absolument toutes les ficelles du clan et savait comment influencer chacun de ses membres. Bien que la mise à mort soit sa manière d’agir préférée…
    Aldrick était alors un très jeune vampire, à peine 4 ans depuis sa transformation, et ce cette passation de pouvoir ne lui convenait pas vraiment lui qui était issu d’une famille du bas peuple suédois et qu’il avait été choisit pour son esprit ouvert et non son noble sang. Mais, même s’il n’était qu’un fermier, Aldrick avait l’intelligence de l’esprit de survie.
    Alors il s’était tu. Il ne s’était pas opposé à l’avènement d’Aldwayn. Mais Aldrick avait bien un défaut, et c’était celui d’être égoïste. Avoir été choisit pour devenir un vampire lui était monté à la tête… Et même s’il gardait un certain amour pour la race humaine, il ne leva pas un petit doigt lorsqu’Aldwayn décida de les traiter comme du bétail. Aldrick était juste un bon maître, qui ne maltraitait pas ses humains… Mais il n’agissait pas dans leur sens non plus vraiment.
    C’est en 1987 qu’Aldrick rencontra Elke. Par une nuit d’été qui changea à jamais sa vie.
J’ai faim.
Mon Dieu j’ai faim !
Faites que ça s’arrête, je vous en pris, laissez-moi mourir…
    Depuis l’avènement d’Aldwayn, bon nombre de chose ont changées. Le clan est notamment revenu à son principe originel qui était celui de ne vampiriser que celles et ceux ayant du sang noble. Et seul Aldwayn avait le droit ultime de procéder à la cérémonie. Et c’était bien évidemment lui qui choisissait les âmes à rallier à sa solde. C’est ainsi qu’en 1955, il décida de vampiriser un certain Ewald Falko, jeune comte d’une province suédoise, alors que la comtesse avait enfanté de jumeaux. Deux magnifiques petits garçons dont l’un allait succéder à leur père. Seulement, à l’âge adulte, alors que les deux frères étaient inséparables, leur famille les obligea à choisir qui des deux allait prendre la suite du seigneur Fenrir Falko. Un choix bien important qu’aucun des deux garçons ne voulut faire.
    Les humains étaient certes une sous-race, un ramassis de vermine mais Aldwayn gardait avec eux certain contacts. Uniquement avec les familles nobles évidemment… Et lorsqu’il eut vent de cette querelle, il décida d’intervenir. Son choix fut rapide, un des deux garçons devait devenir un vampire afin que l’autre puisse prendre la tête du conté. C’est ainsi qu’Ewald Falko fut vampirisé à l’aube de ses 18 ans. Mais c’était sans compter sur l’amour plus que fraternel qui unissait le nouveau vampire à Grim, son frère jumeau. Un amour sans borne qui allait devoir être sacrifié. Alors, la veille de son départ définitif pour le clan Björn, Aldwayn dans une bonté d’âme inhabituelle ayant autorisé à ce qu’Ewald passe sa dernière nuit en compagnie de son frère, Ewald et Grim s’unirent. C’est de cette union que naquit Elke, celle qui deviendra quelques années plus tard la femme d’Aldrick, et la mère de Magnus. Mais avant d’en venir à la rencontre de ces deux êtres, il faut expliquer un peu plus comment cette petite fille a put naitre d’une unique union.
    A cette époque, les pilules de naissances commençaient tout juste à apparaître. Beaucoup plus mal dosées que celles de nos jours, elles étaient certes d’action très rapide mais étaient surtout extrêmement dangereuses. La vérité, c’est qu’il y avait 90% de chance que l’homme qui a prit cette pilule pour pouvoir enfanter meut en court de grossesse. Emportant avec lui l’enfant à naître.
    Ces pilules, d’abord enlevées du marché vampirique en Europe, totalement interdites sous le règne d’Aldwayn dans le royaume de Suède, étaient tout de même trouvables pour ceux qui savaient les chercher. C’est au détour d’une ruelle sombre, que les deux garçons s’étaient fait accoster par un homme à l’allure douteuse qui leur promettait monts et merveilles grâce à ces petits cachets ronds… N’étant pas du tout au courant des risques encourus, alors qu’il avait été décidé la veille qu’Ewald allait devenir un vampire, les deux garçons achetèrent ces pilules et rentrèrent chez eux. A cette époque, le traitement ne durait qu’une petite semaine, mutant le corps humain de Grim à une vitesse fulgurante. Transformation qui ne se fut pas sans douleur, mais Ewald était à ses côté et Grim réussit à rester en vie.
    Il resta même vivant jusqu’à la naissance d’Elke. Jusqu’à ce que la petite fille, née dhampire et donc clandestine dans ce monde où seuls les vampires de sang pur sont tolérés, ait atteint l’âge de 15 ans. 15 ans à cacher sa vraie nature, Grim faisant croire à tous qu’elle était la fille d’une servante morte en couche et qu’il l’avait prit sous son aile. Mais au bout de ces 15 années, Grim, qui était déjà très réduit physiquement à cause des effets secondaires de la pilule, mourut de son extrême fatigue. Mais heureux tout de même alors que, même s’il n’avait jamais pu revoir Ewald, leur fille avait pu voir le jour et grandir dans la paix.
    Ce n’est que sur son lit de mort qu’il avoua la vérité à Elke qu’il avait jusqu’à lors voulu préserver au maximum. Un secret n’est jamais bon à garder pour un enfant… Aussi, lui avait-il toujours dit ce qu’il répétait à sa famille. Lui qui avait réussit à cacher sa grossesse, enfantant seul d’une petite chose rose si fragile qu’il lui avait fallut protéger… Lui qui n’avait jamais revu celui qu’il aimait mais qui lui avait offert la plus belle des choses en ce monde : un enfant de lui.
Ca y est, je commence à me transformer…
Ma vision a changée, je distingue bien mieux les formes.
Même s’il fait complètement noir…
    Bien sûr, Elke en avait voulut à celui qu’elle avait toujours considéré comme son père adoptif et qui était en réalité son père de sang. Mais il était mort dans ses bras, se repentant de son mensonge et lui assurant son amour éternel aussi, la jeune fille oublia bien vite sa rancœur pour garder de lui l’image d’un père prêt à tout pour garder son enfant près de lui.
    Mais, si la mort de Grim lui avait apporté la vérité, elle lui apportait aussi le malheur… Du temps où son père était toujours en vie, les gens autour d’eux les laissaient tranquille. Parce que Grim n’était plus tout à fait lui-même depuis le départ d’Ewald… Parce qu’il était après tout le comte du fief et qu’il avait tout pouvoir. Mais, à sa mort, alors qu’un cousin éloigné prenait sa place au château puisqu’il ne s’était jamais marié et n’avait donc jamais eut de fils, Elke quant à elle fut chassée comme un vulgaire nuisible. Parce que ceux qui se disaient être la famille de Grim s’étaient toujours méfiés de cette drôle de fille blonde comme les blés, à la peau diaphane et aux grands yeux violets étranges. Alors elle dut partir.
    Laissant tout ceux qu’elle avait considéré comme sa famille, et qui en fin de compte l’était réellement, et qu’elle avait aimé malgré elle. Elle avait gagné la vérité mais elle perdait la tranquillité. Alors, au point où elle en était, puisqu’elle avait tout perdu, autant se rendre chez ceux qui l’accueilleraient certainement le mieux. Les vampires…
    Elle avait lu peu de chose sur eux, aussi ne savait-elle pas que les gens de sa race, les dhampires, n’y étaient pas les bienvenus. Mais il fallait croire que tout malheur apporte une chance alors qu’à peine avoir pénétré en territoire vampire le plus proche, celui du comté où elle avait grandit, elle était tombée sur Ewald.
    Aussi proche d’eux fusse-t-il, le nouveau seigneur vampire n’était jamais venu les voir. Pourtant, c’est au premier coup d’œil qu’il reconnue Elke. C’était son regard…
    Oh ! Pas la couleur de ses yeux, non… A dire vrai, alors qu’Ewald et Grim se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, leur fille quant à elle, n’avait aucun trait de leur physique. Aussi étrange cela puisse-t-il paraître, Elke était aussi blonde que ses pères étaient bruns. Et ses yeux ne ressemblaient à aucun autre de leur famille. Ce violet presque surnaturel qui lui avait valut la méfiance des Falko… Il n’y avait aucun doute que cette couleur inhabituelle était en rapport directe avec son ascendance vampirique. Elke était une dhampire, ni humaine, ni vampire… Un être ni de la nuit ni tout à fait du jour… Mais c’était cette lueur, pleine d’espoir, qu’Ewald avait reconnue. Cette même lueur qui s’était mise à briller si fort dans les yeux de Grim lorsqu’ils avaient dut se dire adieu.
    Elke avait ce regard là alors qu’elle fixait Ewald comme s’il lui était familier sans pour autant savoir pourquoi cette impression. Ewald avait le physique d’un jeune homme. Depuis 15 ans, son corps n’avait pas changé, gardant l’aspect du garçon de 18 ans qu’il avait été avant sa vampirisation. La jeune femme n’avait jamais connu Grim ainsi. Lui qui l’avait porté en son sein, bravant les dangers des comprimés de vie, il avait déjà perdu toute sa splendeur lorsque la fillette avait été capable de se souvenir des choses. Ainsi, face à Ewald, elle n’arrivait pas à se rendre compte qu’elle se trouvait devant la copie conforme de Grim. Mais il y avait quelque chose… Et des fugaces images passèrent devant ses yeux lorsque l’homme était descendu de son cheval pour la prendre dans ses bras, ses larmes rigolant dans son cou blanc, mouillant ses habits comme tombe la pluie.
    Il faisait nuit noire mais pour Ewald, le soleil resplendissait de milles feu.

    - Comment t’appelles-tu… ?
    - Elke…

    Et cet homme, ce vampire, qui n’avait jamais vu son enfant, jamais revu celui qu’il aimait, ne retînt pas ses larmes, les laissant couler à flot alors qu’il serrait contre lui celle qu’il avait dut laisser à contre cœur.
    Et ses larmes redoublèrent lorsque sa fille lui expliqua les raisons de sa venue en terre vampirique. Elke pleura elle aussi, une joie infinie mêlée à une tristesse incommensurable… Anéantie par la perte de Grim, heureuse d’avoir trouvé Ewald… Les deux êtres restèrent enlacés une heure durant avant d’enfin bouger. Elke à califourchon sur la croupe du cheval de son père qu’il avait fait partir au galop en direction de son château. Sur le trajet, il lui expliqua qu’ils allaient devoir être prudents et surtout ne jamais révéler la vraie nature d’Elke. Tant le fait qu’elle soit sa fille que celui de sa condition de dhampire. Ils décidèrent alors qu’Elke pénètrerai au château en temps que nouvelle servante. Servante qui fut plutôt chaleureusement accueillie par les humains au service d’Ewald. Humains qui lui avouèrent qu’elle n’avait pas put mieux tomber, Ewald étant un des rares vampires à être respectueux des humains.
Mes mains…
Mon dieu mes mains !
C’est comme si j’avais des griffes…
    Et c’est ainsi qu’Elke qui avait cru quitter la douce quiétude de sa première maison, entra dans un monde où, même si elle n’avait pas tout à fait sa place, devînt très rapidement cher à son cœur. Elle y était certes en danger mais, son secret était bien gardé, par le maître de maison lui-même aussi, sa vie était douce et paisible… Chaque soir, elle allait réveiller son père et passait quelques minutes en sa compagnie avant d’aller s’afférer avec les autres servantes. C’était elle aussi qui allait aider Ewald à refermer son cercueil lorsque le jour pointait. Même si elle travaillait dur, son corps se forgeant rapidement, elle était heureuse.
    Jamais personne ne sut qu’elle était une dhampire. Même si son corps avait commencé à ralentir sa croissance, le dur labeur d’entretient d’une maison la faisait déjà paraître plus vieille que son âge.
    C’est à l’aube de ses 33 ans, en 1987 qu’elle rencontra Aldrick. Le vampire, étant resté aux côtés d’Aldwayn, occupait un rang assez haut placé à la maison mère et avait été envoyé dans le comté d’Ewald pour rendre compte de la cohorte vampirique de ces lieux.
    Ewald l’avait reçut comme l’on accueil un prince et un repas avait été organisé. Au menu ? Du sang de la meilleure qualité. C’était Elke qui les servait, son père profitant de toutes les occasions pour la voir. Quel étrange spectacle que de voir attablé deux jeunes gens dans la force de l’âge alors qu’en réalité, tous deux avaient dépassé la cinquantaine.
    L’amour qui avait éclos cette nuit là était digne d’un conte de fée. Mais il était bien réel alors qu’Elke ne pouvait ôter son regard des deux pierres noires qu’Aldrick. Le vampire quant à lui était tout autant subjugué par les deux améthystes qui lui faisaient face.
    Témoin de cette scène, Ewald avait sourit, sentant en lui les décharge électrique communiquées par sa fille et ressemblant parfaitement à celles qu’il ressentait en présence de Grim. Le vampire avait immédiatement comprit que sa fille était instantanément et irrémédiablement tombée amoureuse du vampire en face d’elle. Et c’était une chose bien… Parce que, même si Aldrick était un des vampires les plus proches du chef du clan Björn, il était, à l’instar d’Ewald lui-même, un de ces rares vampires à traiter les humains avec dignité.
    Les deux vampires ne s’étaient jamais rencontrés auparavant, mais entre défenseur de la race humain, ils se reconnaissaient… Et Ewald ne put donc s’opposer à l’union déjà établie entre les deux êtres qui lui faisaient face.
    Cette nuit là fut faite de révélations. Ewald avait renvoyé tous ses serviteurs, leur donnant quelques jours de congés et avait exposé son plus lourd secret. Oui, vraiment, tout était comme dans un conte de fée… Aussi magique et beau que dans les livres illustrés.La séparation fut douloureuse mais, quoi de plus beau de confier sa fille à l’homme qu’elle aime ? Ainsi, Ewald laissa le plus important trésor de sa vie repartir avec Aldrick. Aldrick qui avait bien évidemment fait le serment éternel de ne jamais révéler la vraie nature d’Elke. Elle n’était qu’une humaine qu’Ewald lui avait offert en gage de loyauté… Evidemment, il était étrange qu’Aldrick revienne avec une servante alors que c’était Aldwayn le maître absolu… Aussi, le deux amants ne furent pas les seuls à quitter le comté, Ewald avait également offert quelque chose à Aldwayn. Et ce quelque chose était une jeune humaine déjà à ses ordres et qui devait à présent se mettre au service du roi des vampires, Aldwayn Björn… Une humaine qui répondait au doux prénom d’Anneke et qui sous ses airs de paisible femme allait être la cause de la fuite d’Aldrick et Elke…
Pourquoi est-ce si long… ?
Ca fait 2 semaines déjà…
Je ne suis même pas encore totalement transformé…
    Parce que la jeune Anneke, apeurée alors qu’elle se trouvait à présent au sein même du repère principal des vampires de Suède, ne put que trouver refuge auprès de celle qu’elle avait toujours connue : Elke.
    On est en 1987, cela fait 33 ans qu’Elke vit dans le secret, la jeune Anneke n’est sur cette terre que depuis 13 années… Ce n’est encore qu’une petit fille, qui ne sait pas tout le l’univers vampirique dans lequel elle a pourtant grandit… Ewald était un maître tellement bon, tellement proche de ses humains… Elle ne put qu’être totalement perdue et affolée en arrivant en ces lieux où les plus monstrueux sont les humains.
    Mal nourrit, affaiblit par le travail et les ponctions de sang complètement aléatoires, la petite fille était face à de véritables zombies. Elle était tétanisée sur place, presque anéantie… Le choc fut encore plus grand lorsque, Aldwayn l’ayant reçue, présentée par Aldrick, elle fut reléguée à une tâche bien trop rude pour une enfant de son âge.
    Récemment, les catacombes du vieux château avaient subit un éboulement, faisant s’effondrer une tour de l’édifice. Plusieurs humains y avaient perdu la vie, ainsi que quelques vampires. Aldwayn l’avait donc assignée au déblayage du souterrain. Un travail vraiment trop dur pour une petite humaine sans grande force, tant physique que mentale. C’est ici que commença l’amitié entre la jeune fille et Elke. Une amitié qui amènera à la perte d’Elke et Aldrick.
    Quelques mois étaient passés, et Elke avait finit par avouer son secret à Anneke. L’amitié qui liait ces deux âmes, comme une fille et sa mère, valait bien ce partage. Et la jeune fille avait juré, sur son honneur d’humaine bafouée, qu’elle l’emporterait dans sa tombe… Seulement, le destin est facétieux et sa promesse fut rompue. Pourtant Elke, ne put jamais lui en vouloir. Parce la révélation ne fut en aucun cas voulue. Anneke y avait été obligée.
    Un an avait passé, 1988 était à son début, et le couple avait dût fuir précipitamment, au tout début d’une froide nuit de mars. Parce qu’il y avait eut une fuite et la nature mi-humaine mi vampire d’Elke avait était mise à jour.
    Parce que la pauvre petite humaine qu’était Anneke avait été forcée de parler.
    Une humaine de 33 ans sans aucun signe de vieillesse sur le visage ? Une soit disant servante avec des mains de jeune fille ? Elke qui jusque là n’avait attiré aucun soupçons quant à son physique de jeune fille n’avait pas prévu se retrouver entourée de vampires vouant une haine sans scrupule aux humains, et à la race métissée des dhampires… Anneke avait été prise à part et, alors qu’elle disait ne rien savoir à propos d’Elke, Aldwayn qui avait lui-même mené l’interrogatoire avait sentit le stress de la jeune fille. Et Anneka avait finit par tout raconter. Parce que son fragile petit corps d’humaine était bien trop sensible à la torture. Et Elke avait dut fuir, guidée par son amour éternel.
    Aldrick, étant un vampire assez proche d’Aldwayn de part la hiérarchie, avait vite eut vent des révélations d’Anneke. Aussi avait-il agit en conséquence, si rapidement qu’Aldwayn n’eut pas le temps de comprendre qu’il avait fuit qu’ils étaient déjà à 20 lieux du château. Et il ne put lancer de recherche, le jour pointant et la tâche impossible à confier à des humains, bien peu fiables…
    Une grotte avait servit de repère pour le jour et dès que les derniers rayons de soleil eurent disparus, le couple s’élança dans les bois. La route fut longue mais sans encombre jusqu’à la mer, Elke offrant son sang en petit quantité à Aldrick, pouvant tenir plus longtemps que lui sans en boire. Et enfin, Midnight leur ouvrait ses portes, comme un paradis retrouvé…
    Ils n’entendirent plus jamais parler du clan Björn et Magnus vit enfin le jour en ces lieux qu’ils pensaient dénués de tous scrupules.
    Pourtant, ils se trompaient. Et c’est leur unique fils qui en fît les frais.
La faim humaine m’a quittée.
Heureusement qu’il y a de l’eau qui goutte du plafond…
Quoique, j’aurais pu mourir bien plus rapidement si je n’avais pas bu…
    ce nouvel univers, les deux amants pouvaient vivre leur amour en plein jour. Sans se soucier des quolibets sur leur passage… A dire vrai, les injures murmurées à leur simple vue ne les effleuraient même pas. Les gens pouvaient dire ce qu’ils voulaient, Elke et Aldrick n’en avaient cure. Tant qu’on ne les égorgeait pas dans leur sommeil, le couple vivait heureux et s’émerveillaient un peu plus chaque jour de leur merveilleux petit garçon…
    Ils avaient décidé de l’appeler Magnus donc… Un prénom à la fois bohème et aristocrate. Un prénom repris dans presque tous les pays d’Europe mais dont la signification s’est un peu perdue… Mais pas dans l’esprit d’Elke et Aldrick qui ont justement choisit d’appeler leur fils ainsi pour son sens. « Maximus », « Grand » en latin. Parce qu’ils voulaient sceller la destinée de leur unique enfant.
    De celui qu’ils aimaient plus que leur propre vie. De l’être qui leur survivra. Du petit bébé né d’amour dans ce monde qui ne voulait pas vraiment d’eux… Et c’est au détriment de ce fils qu’ils l’élevèrent dans la gloire magnifiée de sa lignée.
    Dans l’esprit, l’idée que les dhampires étaient la race de l’avenir. Ni humain ni vampire, ils étaient moins dépendants que les vampires et plus forts que les hommes. Ils vivaient plus longtemps que les hommes et avaient donc plus de temps pour construire un futur meilleur. Ils pouvaient évoluer de jour comme de nuit, ce que ne pouvaient pas faire les vampires. Ils étaient certes dépendants du sang mais pouvaient tenir plus longtemps que les vampires sans devenir fou et la nourriture humaine leur était tout autant substantielle.
    Aldrick et Elke avaient milles et uns arguments pour défendre la cause des dhampires. Et c’est cette pensée qu’ils inculquèrent à Magnus dès sa plus tendre enfance. Très tôt, le jeune dhampire avait déjà vu que ce ça faisait lorsque les rayons du soleil chauffaient la peau froide d’un vampire. Aldrick avait bien prit le soin de montrer à son fils ce que les vampires risquait à s’exposer à cet astre qui les avaient pourtant vu naître et bercé pendant quelques années. Magnus n’avait jamais pu oublier les cloques purulentes et l’odeur infecte qu’avait dégagées le bras de son père pendant des mois entiers.

    - Le corps des vampires est mort Magnus, il ne guérit pas spontanément comme celui des humains et des dhampires. Il doit être aidé. Et si ce n’est pas correctement fait, le peu de vie qui s’accroche encore à ce corps nécrotique s’envole à tout jamais.

    Oui, cette vision et les paroles de son père étaient restées ancrées dans l’esprit du petit garçon de cinq ans. Ces souvenirs et puis tous les autres que ses parents lui mirent en mémoire. Pour que Magnus puisse un jour les enseigner à d’autres, à ses proches, amis, enfants… Pour qu’un jour cette race encore dans l’ombre puisse lui de tout son éclat et avoir enfin sa place sur cette terre qui l’a créée… Et le petit garçon y avait cru. Pendant longtemps. Très longtemps... Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    Alors que maltraité par ses petits camarades de classe, il en avait d’abord fait fit, profitant de l’âge tendre pour se réfugier dans les jupes de sa mère, il y trouvait le réconfort et les paroles pure d’une maman emplie d’amour pour son petit garçon.
    Il ne fallait pas qu’il écoute les autres enfants, les dhampires étaient les meilleurs, les plus forts... Ils ne pouvaient pas le comprendre eux, simples humains ! Mais, que pouvait plus y comprendre un enfant d’à peine 5 ans, hein... ? L’adolescence fut encore plus dure, plus pénible... Les autres petits garçons étaient devenus grands eux aussi. Et ce n’était plus avec des insultes qu’il rentrait chez lui, mais avec des hématomes, la lèvre fendue, un œil au beurre noir...

    - Sale dhampire ! Va crever le monstre ! Prends ça !

    Il avait 13 ans et son corps ne ressemblait déjà plus à celui d’un enfant de son âge. Et son esprit avait lui aussi évolué en conséquent... Les coups ? Il les rendait... Les insultes ? Il en abreuvait sa haine. Combien de fois était-il rentré ainsi couvert de sang ? Elke ne les comptait plus... Et elle soignait inlassablement son fils, le rassurant, lui disant qu’il était mille fois meilleur qu’eux...
    A cet âge, la haine pour les autres est encore plus monstrueuse qu’à l’âge adulte... Lorsqu’on est encore un enfant, on la crache sans mesure, sans voilure. L’adulte lui, est plus vil, plus rusé... Plus intelligent ...? Peut-être, certainement... Mais ce genre de haine, cette xénophobie, ce racisme à l’égard des dhampire était encore plus monstrueuse. Et Magnus en était victime tous les jours.
    Que pouvait-elle y comprendre sa mère... ? Elle était peut-être une dhampire elle aussi, elle n’en restait pas moins à l’abri dans les murs de sa maison. Ca n’était pas elle qui subissait les coups, les injures, les crachats... Et ça n’était pas elle non plus qui allait faire face aux professeurs qui ne disaient rien. Qui restaient aveugles, disaient ne rien avoir vu, que le petit mentait... Elle aurait pu si elle avait voulu. Mais elle n’avait jamais bougé... Et Aldrick était bien trop occupé à nourrir sa famille pour ce genre de sottise.

    - Tu es fort mon fils. Tu n’as pas à te rabaisser devant ces imbéciles...

    Alors, le petit garçon qu’il était avait pris sur lui. Et il avait grandit, murit... Et avec lui une haine sans frontière. Après tous ceux qui l’avaient trainé dans la boue. Mais aussi après ses parents qui lui avaient promis protection...
    Il fit sa première fugue à 18 ans. Mais très vite, il avait été rattrapé... Et la première marque d’une longue et douloureuse punition. A, juste à la base de sa clavicule gauche, deux poinçons, marquant l’emplacement exacte où son père, nuit après nuit, avait enfoncé ses crocs alors que son fils, son unique et si aimé fils avait continué à tenter de s’enfuir...
    Une punition sévère ? Mais, que faire d’autre face à un gamin qui insulte sa famille, qui renie son sang et tous ceux qui l’aime... ? Raconter ici toutes ses fois où Magnus avait essayé de quitter ce lieu où il n’était plus en sécurité serait trop long, trop fastidieux... La seule chose à retenir est qu’en ce froid mois de janvier, alors que les nuits sont plus longues que les jours, le jeune homme à réussit à s’enfuir...
    Quelque part dans les catacombes, il gît comme un rat, attendant l’heure fatidique de son trépas... Oh oui, il l’attend, avec la plus grande impatience... Il la veut plus que tout... La mort de ce corps et de cet esprit qu’il n’a jamais voulut. Emportant avec lui sa haine.


Chronologie :
  • 1727 : naissance de Wulfrick Björn
  • 1748 : union de Wulfrick Björn à Alwinne et fondation du clan Björn
  • 1754 : abrogation de la loi du sang noble
  • 1934 : vampirisation d’Aldrick
  • 1938 : mort de Wulfrick Björn et avènement d’Aldwayn à la tête du clan
  • 1955 : vampirisation d’Ewald Falko et naissance d’Elke par son union avec son frère Grim Falko
  • 1987 : rencontre d’Aldrick et Elke
  • 1988 : fuite à Midnight et naissance de Magnus
  • 2012 : fugue de Magnus



Sa famille :
Aldrick Björn : son père, vampire au sang pur, descendant de la toute première lignée de vampire de Suède. Maudit et exilé par sa propre famille, il a trouvé refuge à Midnights avec sa compagne et leur fils.
Elke Björn : sa mère, dhampire née de l’union co-sanguine de deux frères dont l’un avait été mordu par un vampire.


Votre pseudo : Elle Sid
Age : 20 ans et demi ! =0
Depuis quand joues-tu sur les forums rps ? : un truc comme 3 ans maintenant je pense…
Comment trouves-tu le forum (concept et graphisme) ? : est-ce vraiment utile de répondre à ça ? Tu crois vraiment que je me serais inscrite si j’en pensais du mal ? * câline Chester *


Dernière édition par Magnus Björn le Mer 13 Avr - 23:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   Mer 16 Mar - 19:59

Des nouvelles du caractère de Magnus, qu'on puisse valider tout ça ? :3
(Sous réserve de lecture de l'histoire par Mat)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Björn
Barren ground
Barren ground
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 04/02/2011

MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   Jeu 17 Mar - 18:36

Heu... J'ai pas finit >.<
Mais j'ai l'aval de Matt' ^^"
Je sais, j'ai largement dépassé le temps impartit et j'pense pas que l'excuse "baisse soudaine d'inspiration" soit très valable mais c'est la seule que j'ai et Chester, enfin la joueuse de Mattew, me laisse encore un peu de temps ^^"
Elle a pas dût de le dire désolée...
Mais j'vais faire mon possible pour la finir d'ici dimanche !
Lundi au plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marrek Vrana
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
Beetlejuice - Fournisseur de plaisirs éphémères
avatar

Messages : 431
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 31

MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   Ven 18 Mar - 2:08

Ça marche Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Björn
Barren ground
Barren ground
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 04/02/2011

MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   Mer 13 Avr - 23:00

Voilà, c'est bel et bien finit !
Mes plus sincères excuses quant au temps que ça m'a pris...
>_________<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathew Klhay
Admin
Admin
avatar

Messages : 606
Date d'inscription : 27/12/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   Jeu 14 Avr - 20:23

VAliiidéééééééé <3333 huhuhuhu j'aime l'histoire mais tu le savais déjà x3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blooddiary.jeunforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Magnus Björn - le déserteur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Magnus Björn - le déserteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon ami le déserteur
» Magnus Richter
» Personnalités de Terrassanta (Ordre de Magnus)
» Magnus Vadas
» Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: L'administration :: Recensement des citoyens :: Civils-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com